DIALECTIQUE METAPHYSIQUE

Recherches Etudes et Applications


    Histoire collégiale

    Partagez
    avatar
    Hitori
    Admin

    Masculin Messages : 2459
    Date d'inscription : 14/06/2015

    Re: Histoire collégiale

    Message par Hitori le Mer 22 Fév - 18:18

    Spoiler:
    Voilà ber, j'arrive Very Happy

    Matthias jette un rapide d’oeil à l’intérieur et constate, comme il s’y attendait, que la maison est vide. Il ne perd pas de temps à réfléchir et recherche sur le sol où se dirigent les traces. Mais au bout de deux trois mètres, elles se divisent. Il voit les traces de sabots se diriger au nord et des traces de pas se diriger vers l’ouest. Les brigands se sont séparés, mais quelles traces suivre alors? Matthias sent le découragement l’envahir, il ne retrouvera jamais sa famille. Il tombe à genoux au sol et des larmes coulent sur ses joues. Il est ainsi prostré depuis de longues minutes quand Jeannette lui touche l’épaule et lui montre un morceau de bois au sol, qui avec deux petits bouts forment une flèche. Matthias bondi soudain sur ses pieds, un signe! C’est Blanchette qui l’a mis, pas de doute. Il prend la Jeannette par la main et suis les traces de pas que désigne la flèche. Ils marchent ainsi pendant de longues minutes quand ils entendent un bruit de voix. Matthias fait signe à Jeannette de se taire en posant son index sur ses lèvres. La petite acquiesce par un signe de tête. Ils s’approchent lentement de la source du bruit en prenant soin de rester cachés par les arbres. Soudain entre deux futaies, Matthias aperçois des hommes assis en rond autour d’un feu de bois, dans une petite clairière. Il rient et parlent fort, ils sont combien? Difficile à dire, trois? quatre? En tout cas Matthias n’en voit pas plus. Il se déplace légèrement et c’est alors qu’il aperçoit Blanchette et les enfants serrés les uns aux autres contre le tronc d’un arbre. Ils ont l’heur terrifiés; Blanchette a le menton qui tombe sur sa poitrine et les enfants pleurent avec des hoquets intermittents. Que faire? Il n’y a pas trente-six solutions il doit délivrer sa famille ou mourrir avec elle. Matthias demande à voix basse à Jeannette d’aller se cacher derrière un amoncellement de rochers qui se trouve un peu plus loin et en lui disant de ne pas bouger quoi qu’il arrive. Un fois la petite à l’abri, il avance à pas de loup tout en prenant garde de ne pas faire de bruit, ni de se faire voir. Il s’approche tout près et lorsqu’il se trouve assez près il……..


    _________________
    "On naît, on vit et on meurt seul."
    avatar
    loli83

    Messages : 1869
    Date d'inscription : 22/06/2015

    Re: Histoire collégiale

    Message par loli83 le Mer 22 Fév - 18:37

    attrape son arc , place une flèche , le bande et vise au coeur un brigand qui s'écroule aussitôt en poussant un cri rauque
    Matthias se déplace rapidement tout en restant caché , et décoche une deuxième flèche qui a le même effet sur un deuxième brigand , ( il  a toujours été très adroit et le gibier en faisait souvent les frais)  , il se déplace à nouveau mais les deux derniers brigands sont à sa recherche et ne sont pas décidés à se laisser abattre comme de vulgaires chiens
    enfin il en aperçoit un qui a sorti son épée mais qui lui tourne le dos , troisième flèche mortelle ou presque , mais celui ci aussi est hors d'état de nuire
    il n'en reste plus qu'un ....
    avatar
    loli83

    Messages : 1869
    Date d'inscription : 22/06/2015

    Re: Histoire collégiale

    Message par loli83 le Jeu 23 Fév - 14:14

    Matthias est sur ses gardes , il s'attend à voir surgir ce dernier brigand prêt à tout pour le tuer et venger ses camarades ...
    mais il a beau scruter les taillis, tout en ne se découvrant pas trop , aucun bruit , aucune manifestation d'aucune sorte
    au bout de longues minutes , Matthias envisage la fuite du brigand impressionné par la mort brutale de ses compères
    avec précaution , il sort à découvert pour enfin rejoindre sa famille , il les voit , toujours blottis les uns contre les autres au pied de l'arbre ...
    avatar
    geveil

    Masculin Messages : 1900
    Date d'inscription : 22/06/2015
    Localisation : L'univers

    Re: Histoire collégiale

    Message par geveil le Ven 24 Fév - 11:25


    Ce faisant, il voit les traces de pas que le brigand a laissées dans la neige.


    _________________
    Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
    Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
    avatar
    Rodéric

    Messages : 155
    Date d'inscription : 26/04/2016

    Re: Histoire collégiale

    Message par Rodéric le Lun 27 Fév - 11:58

    ....il s'en désintéresse et se dirige vers sa famille. Lorsqu’ils le voient ils se jettent dans ses bras en pleurant. Matthias les serre tous les trois contre lui. Il sent leur corps traversés par des tremblements sporadiques et cherche à les réconforter. Soudain Thibault lui serre la main et il s’aperçoit qu’il fixe quelque chose avec des yeux exorbités. Dans la fraction de seconde, il comprend ce qui déclenche une telle terreur, c’est le brigand survivant qui doit se trouver derrière lui. Il réfléchi à toute vitesse de la conduite à tenir et quelque dixièmes de seconde ne se sont pas écoulées qu’il……..
    avatar
    loli83

    Messages : 1869
    Date d'inscription : 22/06/2015

    Re: Histoire collégiale

    Message par loli83 le Lun 27 Fév - 13:03

    ...qu'il se jette à terre en entrainant aussi sa famille , en même temps il se retourne,  juste pour repousser in extremis avec ses pieds le brigand qui s'élançait pour le tuer
    à son tour sous la poussée le brigand se retrouve affalé dans la neige , il a laché son épée , Matthias se relève , sort son poignard , se précipite sur lui ...
    avatar
    ber21

    Masculin Messages : 664
    Date d'inscription : 15/09/2015

    Re: Histoire collégiale

    Message par ber21 le Mar 28 Fév - 11:24

    ...mais il n'a pas vu la souche glissante, couverte de glace et de neige qui se trouvait sous ses pieds. Il s'écroule lui aussi dans un enchevêtrement de branches coupées et de neige. "Sacré nom de Dieu!"  qu'il hurle en regardant le ciel d'un air enragé. Il tente de se dégager, mais une cheville lui fait terriblement mal et il a du mal à dégager ses houseaux. Le brigand, lui, a eu le temps de se remettre debout. Curieusement, au lieu de se ruer sur l'homme à terre, il lui jette un regard méprisant et s'en va, disparaissant dans la profondeur de la forêt. Matthias s'est remis debout en gémissant et en jurant comme un diable le jour de Samain!
    avatar
    loli83

    Messages : 1869
    Date d'inscription : 22/06/2015

    Re: Histoire collégiale

    Message par loli83 le Jeu 2 Mar - 11:55

    en fait le brigand , en tombant en arrière , s'est cogné très fort derrière la tête , il ne sait plus trop où il en est , ce qui s'est passé , en partant il a même oublié son épée que Matthias s'empresse de récupérer,  il est bien contrarié à cause de sa cheville qui le fait souffrir , mais cela ne l'empêche pas de rejoindre en boitant sa femme et ses enfants toujours terrorisés par tout ce qu'ils ont subi et par cette dernière bagarre
    avatar
    ber21

    Masculin Messages : 664
    Date d'inscription : 15/09/2015

    Re: Histoire collégiale

    Message par ber21 le Ven 3 Mar - 18:58

    Matthias en tête, tous se remettent en route pour rejoindre leur logis; la marche est lente et pénible, la neige lourde. Une pensée taraude l'esprit de Matthias: où est donc passée la mère-grand? Une fois qu'il aura ramené au bercail la petite famille, il va falloir qu'il éclaircisse le mystère de sa disparition; pourquoi n'était-elle pas avec les brigands? Mais chaque chose en son temps. Tous arrivent exténués et frigorifiés; Matthias ouvre la porte; le feu est éteint et il règne un froid de loup! C'est le cas de le dire car celui-ci rôde toujours! Heureusement, quelques tisons sont encore rougeoyants; un peu de paille sèche, et une douce chaleur envahit doucement l'atmosphère....
    avatar
    Rodéric

    Messages : 155
    Date d'inscription : 26/04/2016

    Re: Histoire collégiale

    Message par Rodéric le Ven 3 Mar - 20:52

    Matthias veut savoir ce qui s’est passé, comment se sont-ils retrouvés pris par les brigands et il presse Blanchette pour qu’elle le lui dise. Mais celle-ci semble dans un état second, elle a le regard vide et ne répond pas à ses question et se contente de regarder les flammes qui consument la paille. Matthias n’insiste pas, il ne voudrait pas la brusquer et préfère attendre qu’elle ait repris tous ses esprits. Il se met en quête de trouver quelque chose à donner aux flammes car la paille ne va pas durer bien longtemps. Il jette un regard circulaire autour de lui mais ne voit rien qui puisse faire l’affaire dans la maison. Il sort et cherche dehors, mais ne voit rien. Il fait le tour de la maison et derrière il aperçoit contre le mur les morceaux de troncs d’arbre qu’il avait mis là au printemps pour se confectionner un établi, il ne pensait plus à eux, il faut dire qu’avec tous les évènements qu’ils ont vécu, il avait la tête ailleurs. Il les prend et rentre dans la maison. Avec ça il vont pouvoir se réchauffer et avoir chaud toute la nuit.
    avatar
    loli83

    Messages : 1869
    Date d'inscription : 22/06/2015

    Re: Histoire collégiale

    Message par loli83 le Ven 3 Mar - 22:52

    les petits épuisés mais rassurés d'être de retour dans leur chaumière , se sont endormis , mais leur sommeil n'est pas paisible , ils doivent revoir en rêve les affreux moments qu'ils ont vécu
    avatar
    ber21

    Masculin Messages : 664
    Date d'inscription : 15/09/2015

    Re: Histoire collégiale

    Message par ber21 le Mar 7 Mar - 17:41

    Après une bonne nuit de repos pendant laquelle Matthias a réfléchi sur ce qu'il allait faire, il se décide à repartir seul à l'endroit où se trouvaient les cadavres des brigands. Peut-être y-t-il quelque chose à récupérer? Une petite heure de marche et voilà le premier corps, raide et grisâtre. La flèche l'a touché à l'oeil gauche et a sans doute touché le cerveau; mais pas d'oeil! Juste une orbite remplie d'un énorme caillot! Matthias regarde tout autour; rien, mais des traces de gros oiseau lui font supposer qu'un aigle ou un grand rapace en a fait son petit déjeuner! Il remue le cadavre replié sur lui-même et le retourne; mais il est transformé en glaçon;  il a l'air maintenant d'être assis dans la neige, la tête légèrement inclinée mais tournée vers le ciel! La bouche est entrouverte et déformée; la langue pend vers la gauche, déjà verdâtre! Pas de dents sinon quelques moignons noircis. Matthias en a des frissons, mais il ne veut pas être venu pour rien...
    avatar
    loli83

    Messages : 1869
    Date d'inscription : 22/06/2015

    Re: Histoire collégiale

    Message par loli83 le Mar 7 Mar - 18:43

    et en effet il n'est pas venu pour rien ! car en fouillant le cadavre voilà qu'il découvre quelques belles pièces de monnaie , volées bien sûr , mais cela fait bien les affaires de Matthias , lui si pauvre avec une famille à nourrir en hiver , c'est vraiment une aubaine ;
    à tout prendre il aurait préféré éviter ces brigands et cette terrible peur d'avoir perdu sa famille , mais maintenant il est content , il pense à ce qu'il va pouvoir acheter avec ces quelques pièces et peut être même doit- il fouiller aussi le prochain cadavre
    avatar
    ber21

    Masculin Messages : 664
    Date d'inscription : 15/09/2015

    Re: Histoire collégiale

    Message par ber21 le Mer 8 Mar - 10:59

    Il va au second cadavre, lui aussi dans un sale état. Il é été frappé en plein ventre. Beaucoup de sang s'en est échappé, ce qui, semble-t'il, a attiré un loup solitaire: des traces de pattes l'attestent; il semble même que l'animal ait tenté de déplacer le corps sans y parvenir., mais n'y parvenant pas, il a attaqué les mains dont il ne reste que quelques tendons qui sortent des poignets. Il a aussi attaqué la tête, arrachant les joues et disloquant les mâchoires. Le nez lui aussi a disparu, de même que l'oeil gauche;
    l'oeil droit est encore ouvert et semble le narguer d'un regard d'outre-tombe. Matthias a envie de vomir, mais se retient puis se signe. Il faut bien continuer la triste besogne. Il plonge ses mains dans sa cotte et ses braies, encore toute gelées et tachées de sang noir. "Ah, il y a quelque chose!", se dit-il. Là aussi, il trouve quelques pièces, mais surtout deux ou trois bijoux qu'il identifie immédiatement: un pendentif et une fibule qu'il avait vu jadis chez la Mère-grand! Ces brigands sont donc passés chez elle récemment. Quel sort a été le sien?
    avatar
    Hitori
    Admin

    Masculin Messages : 2459
    Date d'inscription : 14/06/2015

    Re: Histoire collégiale

    Message par Hitori le Mer 8 Mar - 21:34

    Matthias se dit qu’il vaut mieux retourner chez lui. Si un mauvais sort a été fait à la mère-grand, il ne pourra pas y changer grand-chose, alors que sa famille, elle, a besoin de lui, et puis avec ce qu’il a récupéré sur les bandits, il a de quoi parer au plus pressé. Il s’en retourne donc. Arrivé à la maison, il sort ce qu’il a récupéré et l’étale sur la table. Il prend le pendentif et regarde le médaillon qui y est pendu. Il semble en or, car en le grattant avec son coutelas l’intérieur de la rayure est toujours doré. Il y a une tête de femme gravée sur une des faces et une inscription sur le verso. Mais il n’arrive pas à déchiffrer ce qu’il y a d’écrit car ce sont des signes cabalistiques, qu’il ne connait pas, contenus dans un triangle. Il tourne le médaillon et regarde de plus près, s’approche du feu pour mieux voir …et sursaute…Par le Christ est ses 12 apôtres! dit-il, je connais ce visage, c’est…..


    _________________
    "On naît, on vit et on meurt seul."
    avatar
    ber21

    Masculin Messages : 664
    Date d'inscription : 15/09/2015

    Re: Histoire collégiale

    Message par ber21 le Sam 11 Mar - 11:46

    celui de Cunégonde de Montremoi, célèbre mère supérieure du couvent Ste-Marie, avant qu'on ne découvre que cette sainte maison n'était un lieu maudit où les nonnes se livraient à la débauche et au stupre, célébrant Ste-Sapho dans des orgies infernales! La sainte Inquisition s'était emparée de l'affaire; elle avait essayé de taire le scandale, mais en vain. Le Prévôt était intervenu et sa troupe avait emmené toutes ces dames et les avait incarcérées à la prison de Limoges. La mère supérieure avait dû comparaître devant le fameux tribunal. Elle avait été torturée de longues semaines, assise sur le berceau de Judas, puis sur l'âne espagnol; on lui avait introduit la poire d'angoisse dans le déduit; s'en est suivie l'araignée espagnole. De longs jours de souffrance extrême que cette femme courageuse a supporté avec un courage admirable...
    avatar
    Inside

    Masculin Messages : 232
    Date d'inscription : 18/06/2015

    Re: Histoire collégiale

    Message par Inside le Sam 11 Mar - 18:45

    malgré ces abominables tortures elle n’a cessé de proclamer son innocence car les accusations de fricoter avec le diable n’étaient que pure calomnie distillée par Robert de basse fosse, un nobliaux aussi laid de corps que d’esprit. On disait de lui qu'il était le résultat d’un accouplement contre nature d’une sorcière et d’un crapaud. Un jour qu’il était venu au couvent pour s’entretenir qu’un problème de taxe seigneuriale qui n’avait pas été honorée, il vit Cunégonde et fut foudroyé par sa beauté, autant elle était belle que lui était laid. c’est à partir de cet instant qu’il ne cessa de la poursuivre de ses avances et plus cunégonde le repoussait et plus il revenait à la charge, cela dura des mois jusqu’au jour où lassé de subir une telle pression cunégonde s’en est plainte au seigneur roger de miremoix dont robert de basse fosse était le vassal. Bien entendu le seigneur qui était très pieu fit passer robert devant un tribunal composé de ses pairs et ce tribunal le condamna à recevoir 33 coups de verge sur la verge, une pour chaque année de la vie du christ. c’était une humiliation terrible d’autant qu’elle eut lieu en place publique devant toute la populace qui se moquait de lui. Tout en recevant les coups de verge il ruminait sa vengeance et c’est ainsi qu’il mit au point avec l’aide du malin ce plan odieux et est arrivé à force de manipulation à faire condamner Cunégonde pour accointances avec le malin.


    _________________
    "Ne pas croire, mais expérimenter"
    avatar
    ber21

    Masculin Messages : 664
    Date d'inscription : 15/09/2015

    Re: Histoire collégiale

    Message par ber21 le Dim 12 Mar - 11:11

    Cunégonde dut subir de longues semaines de  cachot, d'humiliations et de tortures. Deux matrones furent commises pour vérifier la virginité dont elle se glorifiait; le procès-verbal établit que l'hymen était intact mais que des rougeurs suspectes étaient constatées, ainsi que la cicatrice d'une étrange brûlure; aurait-ce été l'oeuvre du membre du Diable? A cette époque, on pensait que le membre diabolique, parfois rougeoyant, pouvait entraîner de sévères dommages. Après deux semaines de délibérations, le saint Tribunal de l'Inquisition, présidé par le révérend Perdrix de la Chaume, condamna Cunégonde à être brûlée sur la place de la Miséricorde, la bien-nommée. Le bûcher fut promptement monté. Le jour de la  Sainte-Blandine, vierge et martyre, la condamnée , la tête rasée et en longue robe blanche, fut attachée à un mât de bois et entourée de fagots...
    avatar
    Hitori
    Admin

    Masculin Messages : 2459
    Date d'inscription : 14/06/2015

    Re: Histoire collégiale

    Message par Hitori le Dim 12 Mar - 18:45

    A une trentaine de lieux de là, un cavalier parcours au grand galop la plaine. Tout en pressant sa monture, il se remémore l’entretien qu’il vient d’avoir avec Aalongue d’Ermelont, qui est venu le trouver pour lui faire part des pires abominations qu’a subit Cunégonde et du terrible destin qui l’attend.  Ce cavalier n’est autre que Radoald de de la Combe-aux Cerfs, frère de Cunégonde, Grand Maître de l’ordre du Temple Révélé, société secrète dont les adeptes sont les héritiers de la science de l’Egypte ancienne. Il force l’allure de son cheval, espérant arriver à temps avant l’issue fatale, tout en s’unissant en esprit au Principe, nom qui désigne pour les Templiers révélés le Un d’où découle toute chose. Il s’immisce en lui, y puise sa force et même s’il sait que ce qui doit arriver arrivera, il ne peut s’empêcher de demander que la vie de sa chère sœur soit épargnée avant qu’il arrive et qu’il puisse plaider sa cause. Après avoir parcouru les trente lieux à un train d’enfer, cavalier et cheval fourbus, il arrive aux portes du bourg et comprend tout de suite qu’il est arrivé trop tard. Une odeur de chair brûlée empeste l’air. Il  s’avance encore et là, sur la place de la Miséricorde, il voit le pauvre corps de sa sœur chérie se tordre dans les flammes…il est arrivé trop tard…il s’avance jusqu’au bucher et sans se soucier des flammes qui dégagent une chaleur torride il regarde le visage de Cunégonde qui ouvre les yeux et le reconnaissant lui adresse une esquisse de sourire avant que sa tête ne tombe sur sa poitrine. C’est fini, son âme a rejoint le Principe. Radoald s’agenouille, lève ses deux mains à hauteur de son visage, paumes l’une contre l’autre et  prononce  « Aequo animo Credo quia absurdum », mais jure que sa mort sera vengée. C’est lui qui, peu de temps après, grâce au trésor de son ordre, composé en grande partie d’or, en avait fait fondre une partie pour fabriquer une douzaine de médaillons à l’effigie de sa sœur, avec au verso, inscrit en signes hermétiques, son triste destin. Comment la mère-grand en a-t-elle eu un en sa possession?.... Cela est une autre histoire


    _________________
    "On naît, on vit et on meurt seul."
    avatar
    ber21

    Masculin Messages : 664
    Date d'inscription : 15/09/2015

    Re: Histoire collégiale

    Message par ber21 le Lun 13 Mar - 11:23

    Le bourreau s'approche du corps calciné parcouru encore de flammèches rougeâtres. Un curieux individu, ce bourreau. Sur lui courent de nombreuses rumeurs. Il exerce son funeste métier dans toute la région , mais vit retiré dans une maison basse et sombre à quelques mètres des murs du couvent St-Martin. On le dit originaire d'une île lointaine appelée Corse, peuplée de gens bizarres et encore barbares. Il serait le fruit défendu d'un évêque pisan et d'une maure. Rejeté par son père, il aurait vécu dans le besoin et la rapine, puis se serait engagé dans la troupe du marquis de la Tambouille, seigneur des Agriates. Il aurait participé à la IVème Croisade et à la prise de Constantinople. Mais blessé par une flèche au bas-ventre qui l'aurait privé de ses attributs virils, il serait revenu dans son île natale; mal accueilli par ses congénères en raison de son handicap, il aurait rejoint le continent ; c'est là qu'un dominicain de l'Inquisition, ému par son histoire, l'avait recruté puis orienté dans le milieu de l'exécution des peines décidées par l'Inquisition. Son parcours au sein des croisés l'avait accoutumé au combat, au sang et aux tortures. Le corps massif, légèrement courbé, le visage osseux, les yeux bronze rentrés dans les orbites, sa vue seule provoquait des frissons...
    avatar
    Inside

    Masculin Messages : 232
    Date d'inscription : 18/06/2015

    Re: Histoire collégiale

    Message par Inside le Lun 13 Mar - 19:18

    Radoald qui était encore à genoux se dresse d’un bond et attrape le bourreau par le fond de ses braies le soulève du sol et l’envoie valdinguer au bas de l’estrade, ma qué cose à es? dit le vilain noiraud en tombant. il se tourne et ses yeux rencontre ceux de radoald et ce qu’il lit dans son regard le dissuade de dire ou faire quoi que ce soit, il se relève et sans un mot s’en va. Radoal cherche dans la foule le prêtre qui a donné les derniers sacrements à sa soeur et s’approche de lui en sortant de sa ceinture une bourse contenant des pièces d’or. il la donne à l’homme d’église en lui disant de faire recueillir les restes de  Cunégonde et de les porter dans l’église en attendant qu’il vienne les chercher. Le curé qui dans un premier temps est réticent, quand il entrouvre la bourse et voit ce qu’elle contient ne peut s’empêcher d’écarquiller les yeux et dit en se courbant d’une manière servile: ce sera fait seigneur n’ayez crainte. radoald quitte le bûcher et se met en quête de ….


    _________________
    "Ne pas croire, mais expérimenter"
    avatar
    ber21

    Masculin Messages : 664
    Date d'inscription : 15/09/2015

    Re: Histoire collégiale

    Message par ber21 le Dim 19 Mar - 17:13

    ….trouver une écurie pour son cheval qui a bien besoin de foin et de repos et d’une auberge pour lui. Pendant ce temps, le curé est  allé chercher Matthieu Demesyeux, l'homme à tout faire du bourg; barbier, rebouteux, sacristain, juge de paix pour les menus conflits, c'est à lui aussi qu'on recourt pour les décès et les enterrements. Le brave homme est en train de faire cailler le lait de ses chèvres; son fromage est réputé pour son goût de noisette et sa croûte fleurie d'un duvet blanc. Le curé lui fait part du travail qu’il doit faire. L’homme termine son ouvrage, se débarrasse de sa tunique et de sa braie pour revêtir sa cape noire avec capuchon ; puis il prend pelle, pioche, balai de genêt et brouette et se rend vers le bûcher. Arrivé sur les lieux, il est aisé pour lui de distinguer les restes du cadavre des cendres de bois. Des os noircis, des morceaux de chair informes, de la tripaille, et un crâne longiligne aux mâchoires disloquées. "Pater Noster ..." bredouille-t-il en se signant; puis il se met à l'ouvrage. Il travaille à mains nues, la pelle ne lui étant guère d'un grand secours; le crâne, puis les os, puis la tripaille qui lui file entre les doigts. "Cré nom de Dieu!" qu'il murmure entre les dents, "C'est ben mou tout ça"! Tout est enfin dans la brouette. Une bâche par-dessus tout ça, et il prend la direction de l’église,  fait le tour par derrière et rentre par une petite porte dérobée cachée par un arbuste. Il rentre avec la brouette dans une pièce basse de plafond et la cale contre le mur nord. Puis avant de sortir fait une prière.


    avatar
    Hitori
    Admin

    Masculin Messages : 2459
    Date d'inscription : 14/06/2015

    Re: Histoire collégiale

    Message par Hitori le Mar 21 Mar - 18:52

    Après avoir laissé son cheval dans une écurie située rue du « Chat qui miaule » en recommandant au palefrenier de le bouchonner et de bien le nourrir et s’être restauré dans une gargote du nom de « La dent creuse », Radoald appelle la servante, une pauvre fille nullement gâtée par la nature, mais avec un regard intelligent. Celle ci s’approche aussi vite que lui permet sa démarche claudicante; - Oui messire, vous voulez encore du vin? -  Non merci….sais-tu où je pourrais trouver Robert de basse fosse? La fille, en entendant ce nom, se fige sur place et des lueurs de peurs assombrissent ses yeux. Quelques secondes passent et elle dit en baissant la voix et en regardant furtivement si personne d’autre ne l’entend; - Monseigneur, il vaut mieux éviter d’avoir affaire à lui, car cet homme est malfaisant, vous n’aurez que des ennuis à vous présenter à lui. -Ne t’inquiètes pas, dis-moi seulement où je peux le trouver….tiens prends cette pièce et attention de ne pas te la faire voler. La fille d’un geste prompt fait disparaître l’écu en argent dans l’échancrure de son corsage et lui dit que Robert de basse fosse habite un château situé sur la route de Marvejol à cinq ou six heures de cheval d’ici. Vous le reconnaitrez sans peine, lui dit-elle, car il  est à l’image de son propriétaire, il inspire la peur. Radoald la remercie, sort de l’établissement et se dirige vers l’écurie. Il veut reprendre son cheval, mais le garçon d’écurie lui dit qu’il n’a pas récupéré et qu’il est préférable d’en prendre un autre. Radoald est contrarié car il aurait préféré prendre Coeur vaillant, qui est une bête exceptionnelle, mais il se dit que le garçon a raison et lui demande de lui procurer un bon cheval. Radoal sort de l’écurie monté sur un cheval qui n’a pas l’allure de Coeur vaillant , mais qui a l’air d’être une bonne monture. Il demande la route de Marjevol à un pauvre bougre en guenilles qui vend des petits oiseaux embrochés sur une baguette et ayant le renseignement quitte le bourg par la porte nord.….


    _________________
    "On naît, on vit et on meurt seul."
    avatar
    Hitori
    Admin

    Masculin Messages : 2459
    Date d'inscription : 14/06/2015

    Re: Histoire collégiale

    Message par Hitori le Lun 17 Avr - 19:08

    Bon, comme personne n’enchaîne je vais le faire   Wink :

    Voilà bien une heure que Radoald chevauche tout en laissant la tristesse de son coeur s’épancher en ondes douloureuses. Il pense à sa soeur et à leurs moments de jeux et de complicité quand ils étaient encore des jouvenceaux et surtout à l’amour fraternel qui les unissait. Par moment la tristesse fait place à la colère et à la haine et cette colère et cette haine le submergent. Mais Radoald sait qu’il ne doit pas les laisser le rendre esclave de leur emprise sur lui. Il sait que son esprit doit être calme et étale s’il veut agir de la manière la plus efficace possible.

    Il était tout à ses pensée quand une agréable odeur parvient à ses narine. Pourtant sur cette route, il ne voit rien qui puisse être la cause de cet alléchant fumet. Il ralentit son cheval, le met au pas et regarde tout autour et ….aperçoit des volutes de fumée un peu plus loin sur sa gauche. Il cherche un passage dans la végétation qui est assez dense à cet endroit et voit un petit chemin qui s’insinue entre les arbres. Il fait engager sa monture sur ce chemin assez sinueux et assez étroit. Il doit prendre garde aux branches basses qui risqueraient de lui fouetter le visage. Soudain après une courbe il aperçoit une masure. C’est bien de son toit que de la fumée sort.

    Arrivé devant la porte, il descend de cheval et cogne à l’huis. - Holà! y a-t-il quelqu’un lança-t-il d’une voix forte. Personne ne répond et pourtant Radoald sait qu’il y a quelqu’un, pas seulement parce qu’il y a de la fumée, non, il le sait parce qu’il le « sent ». Il a toujours eu le don pour ça, sentir ce que beaucoup ne sentent pas et ce don lui a souvent sauver la vie. Voyant que rien ne se passe, il recule d’un pas, met sa main à la poignée de son épée et d’un grand coup de pied enfonce la porte qui s’ouvre en grand avec un craquement sec.

    Là, dans la chaumière, il se trouve face à un homme et une femme entourés d’enfants. L’homme fait un rempart de son corps à ce qui semble être sa famille et sort un poignard qu’il avait à la ceinture.
    - Tout doux mon ami lui dit Radoald, je ne vous veux aucun mal, je souhaite juste me reposer et acquérir un renseignement.
    - Veuillez m’excuser Messire, mais l’endroit est infesté de brigands et la méfiance est de mise en ces temps troublés. Mais je vous en prie, venez vous restaurer avec ce lapin que je suis en train de faire rôtir.
    - Mon nom est Radoald quel est le tien?
    - Matthias, Messire et voici mon épousée et nos enfants. Quel est le renseignement que vous souhaitez obtenir?
    - Je cherche la demeure d’un certain Robert de basse fosse, pourrais-tu me renseigner?
    A ce nom, le visage de Matthias blêmi. Oh que oui, qu’il connait ce vil personnage et la souffrance qu’il a enduré à cause de lui.
    - Oui, Messire je le connais dit-il en reprenant ses esprits et peux vous renseigner, mais pourquoi le cherchez-vous?
    Radoald, mis en confiance par l’aura qu’il perçoit autour de cet homme - car pour les gens aussi il a le don de voir au delà de ce qu’ils veulent laisser paraître - lui raconte toute l’histoire. Matthias n’est pas plus étonné que ça et il s’apprête à renseigner Radoald quand soudain une pensée le traverse. Et si c’était là l’occasion qu’il attendait depuis longtemps de pouvoir se venger de ce Robert le diable?
    Messire, je vais faire mieux que vous dire où habite cet infâme personnage…. je vais venir avec vous….


    _________________
    "On naît, on vit et on meurt seul."
    avatar
    Hitori
    Admin

    Masculin Messages : 2459
    Date d'inscription : 14/06/2015

    Re: Histoire collégiale

    Message par Hitori le Mar 2 Mai - 21:34

    Bon, à la demande générale, je continue donc l'histoire. Very Happy

    Matthias se tourne vers Blanchette, qui tenant toujours les enfants contre elle n’avait pas bougé de place, et il cherche dans ses yeux de l’assentiment. Il n’y trouve que de la peur, car des souvenirs lointains, qu’elle avait essayé d’enfouir au plus profond d’elle, ont refait soudainement surface à la seule évocation du nom de Robert de Basse fosse. Sa pensée s’envole et la ramène à ce matin funeste, quand elle et Matthias après s’être levés, étaient sortis, insouciants et joyeux, se tenant par la main, pour respirer l’air vivifiant du printemps. Il courraient en riant, heureux de sentir la vie bouillonner dans leurs veines et heureux de l’amour qui les unissait.

    Ils s’étaient laissés tomber à terre et s’embrassaient, étroitement serrés l’un contre l’autre, quand un hennissement les fit se relever. Un cavalier était là qui les regardait. A son accoutrement et à son attitude, Matthias su qu’il avait affaire à quelqu’un de dangereux, c’était surtout le regard qui mettait ses sens en alerte.

    -Est-ce là celle que l’on nomme la Blanchette? , demanda l'homme à Matthias, d’une voix grave et sifflante.
    -Oui, répondit Matthias et elle est mon épousée.
    Mon Maître Robert de Basse fosse m’envoie la chercher.
    La chercher? Pour quel motif, dit Matthias.
    Mon maître réclame son droit de cuisssage, allons tu m’insupportes avec tes questions et toi viens viens ici, ordonne-il à Blanchette ,allez presses-toi!
    Matthias se pétrifie. Cet homme veut prendre sa Blanchette pour la donner à son maître pour qu’il l’avilisse, la souille, pour qu'il l’a….la tête lui tourne et le souffle lui manque, mais il se ressaisi. Non, ça jamais se dit-il, plutôt mourrir et il sort son couteau et se lance sur l’homme quand surgissent au grand galop cinq cavaliers, l’escorte du serviteur, qui l’encerclent et avant qu’il puisse faire quoi que ce soit il reçoit un carreau d’arbalète tiré par un des cavaliers. La douleur est intense et très vite il perd connaissance et tombe à terre et sa dernière perception avant de sombrer dans la nuit est le cri perçant de Blanchette.; Matthiassssssss

    Sur l’ordre de son chef, un des hommes prend Blanchette par le bras et la hisse derrière lui sur son cheval et ils partent tous les six au grand galop en l'emportant.


    _________________
    "On naît, on vit et on meurt seul."
    avatar
    loli83

    Messages : 1869
    Date d'inscription : 22/06/2015

    Re: Histoire collégiale

    Message par loli83 le Jeu 4 Mai - 10:26

    quand Matthias reprend connaissance et que tout lui revient à l'esprit , il est désespéré !

    sa Blanchette enlevée et vouée à l'ignominie , lui blessé gravement et ne pouvant rien faire devant cette coutume barbare et injustifiée , il prie le ciel de lui donner de la force pour endurer tout cela
    il commence par se soigner , il est herboriste , sa plaie est importante , il a perdu beaucoup de sang , il s'applique alors un cataplasme de plantes bénéfiques,  s'abreuve de lait de chèvre , mais il ne peut rester longtemps debout et s'allonge sur sa couche en évitant de penser au calvaire que doit subir sa pauvre femme  

    en effet pendant ce temps là , Blanchette avait été conduite en présence de Robert de Basse Fosse , la pauvre était pétrifiée et tremblante
    le seigneur demanda qu'on les laisse seuls ,  il lui dit qu'elle se laisse faire , qu'il valait mieux qu'elle participe et prenne du bon temps elle aussi
    Blanchette restait muette , sans réaction , Robert après lui avoir ordonné de se déshabiller , finit par lui arracher brutalement sa robe et sa chemise ,il  la trouva à son goût dans sa nudité ,elle était si belle Blanchette !
    après l'avoir contemplée  quelques secondes  , il se mit à la caresser , puis le désir se faisant plus pressant , il la jeta brutalement sur son grand lit  et s'activa dans son corps jusqu'à jouir pleinement , il en fut tout tremblant et laissa retomber repus et satisfait

    il aurait quand même aimé que cette Blanchette manifeste quelques réactions , de plaisir ou de dégoût , mais rien , rien du tout
    Blanchette était comme absente ou morte ,
    elle aussi avait prié pour ne pas crier , pleurer , se débattre , cela n'aurait servi à rien , et cela aurait même aggravé les choses

    finalement Robert décida de la renvoyer dans son foyer et il chargea son serviteur de cette
    mission , ce dernier pris deux hommes avec lui et les voilà entrainant à nouveau Blanchette avec eux
    elle était toujours muette et traumatisée , à mi chemin les voilà qui s'arrêtent , ils font descendre Blanchette et elle comprend avec horreur que eux aussi vont abuser d'elle

    ce qui arrive en effet : même s'ils n'ont aucun droit , les trois hommes ne se gênent pas pour satisfaire leur désir de cette belle femme obligée de se soumettre

    Blanchette aurait préfèré mourir que de subir tous ces outrages

    c'est donc une femme complètement anéantie qu'ils rejettent devant sa masure

    Blanchette a quand même la force  de rentrer chez elle , Matthias est là ,anéanti lui aussi  , mais heureux malgré tout de la retrouver

    ils vont passer la nuit à pleurer et à essayer de se consoler , ils s'endorment au petit matin ...

    les quelques jours qui suivent  , Matthias se remet lentement de sa blessure , il a pensé à faire absorber un breuvage d'herbes abortives à Blanchette au cas où ,...
    il sait que si  elle avait été enceinte à cause de ces viols , monsieur le curé dit qu'au début  l'âme du futur bébé ne s'est pas encore animée  , il n'a donc pas de scrupules et en plus quelle horreur si un bébé était né de ces mauvais hommes , que ce soit le seigneur ou ses serviteurs ...

    mais il revient au moment présent , à Blanchette toujours muette et à Radoald qui l'attend ...

      La date/heure actuelle est Lun 25 Sep - 0:49