DIALECTIQUE METAPHYSIQUE

Recherches Etudes et Applications


    De l'utopie à l'art de rêver

    Partagez
    avatar
    Invité
    Invité

    De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Invité le Ven 2 Oct - 15:20

    Nahual a écrit:Voila un discours de chaman.

    Si l’on parle de l’art de rêver et non du rêve ordinaire, le sujet qui pratique cet art a une personnalité, il est une entité pensante et jugeante. L’art de rêver est une « idée » nouvelle pour des êtres non résolus à subir les évènements, comme leur environnement, passivement. Des êtres qui perçoivent qu’ils peuvent exercer une influence sur leur monde, pas ce genre d’influence qu’ont les hommes de pouvoirs, les décideurs, les parlementaires et ceux de la même famille, non, une influence qui emprunte les voies de la conscience. Il y a deux moyens de changer le monde, un des deux moyens mènent à la destruction de l’espèce, et l’autre à l’évolution de l’espèce. Les autres espèces n’ont pas à se soucier de gérer ou d’intervenir dans leur propre évolution, le « monde » les porte en lui et fait le « travail » pour elles, le « monde » ne leur a pas encore donné cette fonctionnalité de l’esprit. On peut dire que chez l’homme cette fonctionnalité est tout juste à peine découverte par une petite quantité de gens, elle n’est donc en aucun cas maîtrisée. L’espèce humaine n’est pas à ce stade, elle n’a pas atteint encore ce point où elle peut exercer l’art de rêver, seuls quelques rares individus à chaque génération s’y sont essayés. L’espèce humaine doit bientôt découvrir, du-moins je l’espère, que l’art de rêver est une opportunité qui lui est offerte, mais elle a un long chemin à parcourir avant de parvenir à le pratiquer correctement.

    Quoi qu’il en soit, l’homme change son monde, et pour le moment cela le mène à la destruction… Parce qu’il le fait avec la "volonté", l’art de rêver ne peut pas être mu par la seule volonté.

    Cette opportunité se retournerait-elle contre l'homme parce qu’il en ignore la nature et même l’existence ?

    Non, ce n’est pas l’opportunité qui se retourne contre lui, ni l’art de rêver, rien d’ailleurs ne se retourne contre lui, pas plus que le couteau qui tranche le doigt de la cuisinière distraite. Le couteau est une image pour évoquer l’art de rêver, un couteau est un outil, un prolongement de la main ; l’art de rêver est l’outil pour communiquer avec le temps.


    L’art de rêver est un canal qui établit une communication avec la "matrice"… « Le temps est ce qui fait la trame du canal », mais de quel temps parlons-nous ?

    Toute action ou tout déplacement génère une énergie, cette énergie est le temps. Lorsque je fais tourner ma main, ou une balle attachée à un fil que je tiens dans ma main, chaque tour que fait la balle autour de l’axe de mon bras génère un temps, c’est le temps qui est dans le mouvement. C’est une énergie qui est signifiable en terme de fréquence, une note de musique est signifiable par les mêmes principes. Si mon oreille perçoit une différence entre un la ou un sol, c’est parce que le la et le sol ne contiennent pas la même énergie…

    Dans nos cerveaux c’est la même chose, chaque pensée, chaque processus mental, se cristallise en fonction du temps qu’il « choisit ». Tout élément mental possède sa propre fréquence, la matière tout autour aussi, on peut signifier cette fréquence soit en fonction de ce que l’on perçoit, soit en fonction de sa fréquence d’énergie, si l’on perçoit sa fréquence d’énergie....

    Questions :
     
    Nahual a écrit:Non, ce n’est pas l’opportunité qui se retourne contre lui, ni l’art de rêver, rien d’ailleurs ne se retourne contre lui, pas plus que le couteau qui tranche le doigt de la cuisinière distraite. Le couteau est une image pour évoquer l’art de rêver, un couteau est un outil, un prolongement de la main ; l’art de rêver est l’outil pour communiquer avec le temps.

    L'homme cherche-t-il un passage ? Mais comme la cuisinière distraite il se coupe le doigt. Qu'elle serait la première marche qui permettrait de passer de l'utopie (mise en action par la volonté de...) à l'art de rêver ?
    Cela a t-il un sens d'envisager des degrés dans ce processus, comme on gravit un escalier ?

     
    Nahual a écrit:L’art de rêver est un canal qui établit une communication avec la "matrice"… « Le temps est ce qui fait la trame du canal », mais de quel temps parlons-nous ?

    Quel sens dans "votre dictionnaire"  pour ce mot "matrice" ?


    Nahual a écrit:Dans nos cerveaux c’est la même chose, chaque pensée, chaque processus mental, se cristallise en fonction du temps qu’il « choisit ». Tout élément mental possède sa propre fréquence, la matière tout autour aussi, on peut signifier cette fréquence soit en fonction de ce que l’on perçoit, soit en fonction de sa fréquence d’énergie, si l’on perçoit sa fréquence d’énergie....

    Le temps est donc pour vous une fréquence d'énergie, pour autant je ne comprends pas "signifier soit en fonction de ce que l'on perçoit, soit en fonction de sa fréquence d'énergie".  La fréquence d'énergie de nos processus mental ou de la matière autour, ne "passe" t-elle pas par la perception ?
    La perception comment la définissez-vous ?

    Merci à vous.
    avatar
    loli83

    Messages : 1869
    Date d'inscription : 22/06/2015

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par loli83 le Ven 2 Oct - 19:02

    je me pose les mêmes questions , à l'exception de la matrice
    avatar
    Nahual

    Masculin Messages : 218
    Date d'inscription : 10/09/2015
    Localisation : Sud de France

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Nahual le Ven 2 Oct - 20:52

    Une petite fille de plus dans la famille vient d'arriver, je dois prendre la route bientôt et ne pourrait donc pas intervenir avant dimanche, pardon pour ce délai.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Invité le Ven 2 Oct - 21:07

    bienvenue à ce nouveau petit être !
    avatar
    loli83

    Messages : 1869
    Date d'inscription : 22/06/2015

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par loli83 le Ven 2 Oct - 21:44

    oui , c'est une bonne nouvelle qui vaut tous les délais ! Very Happy
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Invité le Sam 3 Oct - 3:02

    avatar
    Nahual

    Masculin Messages : 218
    Date d'inscription : 10/09/2015
    Localisation : Sud de France

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Nahual le Dim 4 Oct - 9:12

    Sora a écrit:
     
    Nahual a écrit:Non, ce n’est pas l’opportunité qui se retourne contre lui, ni l’art de rêver, rien d’ailleurs ne se retourne contre lui, pas plus que le couteau qui tranche le doigt de la cuisinière distraite. Le couteau est une image pour évoquer l’art de rêver, un couteau est un outil, un prolongement de la main ; l’art de rêver est l’outil pour communiquer avec le temps.

    L'homme cherche-t-il un passage ? Mais comme la cuisinière distraite il se coupe le doigt. Qu'elle serait la première marche qui permettrait de passer de l'utopie (mise en action par la volonté de...) à l'art de rêver ?
    Cela a t-il un sens d'envisager des degrés dans ce processus, comme on gravit un escalier ?


    Voila une réponse à votre première question qui, je l'espère, correspondra à votre formulation, je vous rappelle que mes mots ne sont que le reflet de ma propre expérience, ils évoquent sans doute des "vérités" qui ne peuvent être  valables pour beaucoup d'autres que moi.

    L'image du couteau, c'était pour comparer l'art de rêver à un outil, n'est-ce pas ? Comme il en est pour tout outil, il faut en connaître le bon usage en premier lieu, c'est à dire, avoir en conscience le besoin de travailler une matière, ensuite, connaître l'existence de l'outil, et bien entendu, il est nécessaire d'apprendre à l'utiliser.

    Les anciens disaient que l'art de rêver était un passage en effet, comme vous le dites vous-même, mais un passage vers quoi ? Pour moi, c'est un passage vers l'abstrait, vers le « sans-forme », vers l'énergie, et comme le disaient les anciens, vers l'infinité, ce qui est un mot qui caractérise la « matrice ».

    Peut-on dire que l'objet existe au-delà des formes ? Je ne pense pas non, au-delà des formes,  on ne peut plus parler d'objet. Je ne vois que des amas d'énergie, non des amas séparés, mais des amas fluctuants et connectés.
    Si le monde n'était qu'une somme d'objets disparates, l'art de rêver n'aurait plus aucun sens, aucune utilité, il serait comme la pratique d'un art insolite et creux.  Si l'art de rêver a un sens, le monde apparent est bien ce que mes sens me disent, un amas de formes dissimulant un spectacle grandiose auquel les êtres vivants sont invités d'assister et même de participer, à condition qu'ils y entrent avec leur « partie » qui est elle-même au-delà des formes, je veux parler du corps énergétique, le « corps de rêve ».

    Mais si l'art de rêver est un passage qui mène au-delà des formes, son « petit frère », le rêve ordinaire, éveillé ou endormi, bref, nos états de conscience ordinaires, est ce qui participe à la création de ces formes, ou autrement dit, ce qui n'est pas l'art de rêver et qui est assimilé à notre perception « naturelle » et commune, à notre « conscience »,   est le phénomène qui « recouvre » spontanément tout objet (assemblages énergétiques) de ses formes et apparences. Dans ce cas, il faut comprendre « l'art de rêver » comme un moyen de la conscience de déshabiller ce que la conscience ordinaire à revêtu.

    PS: Merci à tous pour vos mots et image, la petite va bien, 4 kilos, elle s'appelle Naunka, pour la maman ça a été difficile et long (forceps), mais je pense qu'elle se remettra vite, mon amie et compagne est restée avec notre fille.


    Dernière édition par Nahual le Dim 4 Oct - 10:04, édité 2 fois
    avatar
    Nahual

    Masculin Messages : 218
    Date d'inscription : 10/09/2015
    Localisation : Sud de France

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Nahual le Dim 4 Oct - 9:49

    Sora a écrit:
    Nahual a écrit:L’art de rêver est un canal qui établit une communication avec la "matrice"… « Le temps est ce qui fait la trame du canal », mais de quel temps parlons-nous ?

    Quel sens dans "votre dictionnaire"  pour ce mot "matrice" ?

    Voila une seconde partie de ma réponse.
    J'espère qu'elle ne sera pas trop confuse.

    Une illusion est toujours un potentiel de calcul. La matrice est un « catalogue » géant où nous « tirons » toutes les formes utiles ou que nous croyons utiles. Nous empruntons à la matrice, parmi toutes les propositions qu'elle nous offre, celles pour lesquelles nous optons ou celles qui s'imposent à nous par défaut, avec la « conscience » dont nous disposons dans le moment. Nous sommes tous cette Alice au pays des merveilles, sauf que notre pays merveilleux est l'univers tout entier, l'univers des merveilles.

    La matrice est un catalogue, c'est une image bien entendu, le « rêvé » est une de ses propositions, mais le rêvé ne peut avoir conscience qu'il est une proposition, c'est cela, au sein de la matrice qui fait la différence entre le rêvé et le rêveur.

    Si je choisis d'en parler dans cette forme imagée, c'est parce qu'il n'y a pas vraiment de moyen de parler de la matrice et du rêveur autrement, l'art de rêver et la matrice ne sont qu'affaire d'expérience et non sujet de philosophie.

    Lorsque je regarde mon écran d’ordinateur, je ne vois pas grand-chose en quantité de tout ce qui se passe dans ma machine. Sur mon écran apparaît... disons, ce qu’il m'est possible d’exploiter, mais tout ce qui apparaît est rendu visible parce que des milliards d’informations transitent par des pôles qui communiquent entre eux. Tout cela s’accomplit selon des protocoles très précis et n’en sort pas, sous peine de faire « exploser » la machine.
    Ces milliards d’informations parlent des espaces de la vie de mon « ordinateur » que la plupart d'entre nous ne peut soupçonner , et pour tous les « temps » (ou périodes de travail) de la vie de mon ordinateur, tout est stocké et utilisé, toutes les informations, celles qui remontent à tous les temps passés comme à tous les temps futurs.

    Dessous mon « clavier » (là j'évoque mon conscient), un monde extrêmement riche « vit » ou du-moins s'active, « parle » ou traite de tout ce qui m’a fait, me fait dans l'instant, de tout ce que j'ai été, de tous les possibles que je devienne, c’est cela la matrice. Sans lire un minimum l’affichage de la « matrice », nous sommes bien perclus de surdité et d’aveuglement, nous traversons la vie, péniblement à quatre pattes par terre en tâtonnant le sol du bout de nos doigts gantés de fer. Estropiés nous sommes.

    ""L’espace est un cadre pour les géométries. Ainsi l’espace d’une image n’excède pas les dimensions du papier, les limites du champ que le papier définit.
    Mais le temps, le temps est encore un autre cadre, une toile sur laquelle notre petit esprit, cherche à définir en permanence le commencement et la fin de toutes choses. Le grand esprit lui, celui qui ne concerne pas notre ego, est en lien avec tout, invisible ou pas. Il sait que rien n’a de commencement, ni de fin.""
    La matrice communique, par ses langages variés, avec tout ce qui entre dans les cadres de l’espace, et tout ce qui entre dans les cadres du temps. Ces deux toiles se croisent, comme des lignes d’écritures horizontales et verticales peuvent se croiser, ainsi que les lignes qui ne sont ni horizontales, ni verticales, celles qui viennent d’un infini lointain et vont vers une autre infini lointain, toutes ces lignes se joignent, à chaque instant, en un seul point au centre de notre corps.
    Il n’y a pas de façon correcte pour le petit esprit de se représenter la "chose", et encore moins de la signifier. Cependant, il y a peut en être, à chaque fois, le témoin discret sous invitation.
    Laisser  un espace vide en soi, comme on laisserait à sa table une place pour l’inconnu.

    On ne parle pas à l’homme par la bouche et l’oreille, mais par la matrice.

    Il est vain de parler de personne à personne, il est vain de croire que l’on peut parler à l’autre par des idées, par les mots, à moins que ceux-ci soient construits sur les sens de la dimension vibratoire qui ne passent que par les fibres de la « matrice ».
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Invité le Dim 4 Oct - 10:26

    Nahual a écrit:Voila une réponse à votre première question qui, je l'espère, correspondra à votre formulation, je vous rappelle que mes mots ne sont que le reflet de ma propre expérience, ils évoquent sans doute des "vérités" qui ne peuvent être  valables pour beaucoup d'autres que moi.

    Je ne cherche pas non plus un modèle à comprendre ma propre expérience, mais bien à vous entendre "vous" dans votre expérience. C'est assez rare qu'il puisse en être ainsi, aussi je vous remercie de cela.
    Maintenant je vais prendre le temps de bien vous lire.
    avatar
    Nahual

    Masculin Messages : 218
    Date d'inscription : 10/09/2015
    Localisation : Sud de France

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Nahual le Dim 4 Oct - 10:43

    Sora a écrit:
    Le temps est donc pour vous une fréquence d'énergie, pour autant je ne comprends pas "signifier soit en fonction de ce que l'on perçoit, soit en fonction de sa fréquence d'énergie".  La fréquence d'énergie de nos processus mental ou de la matière autour, ne "passe" t-elle pas par la perception ?
    La perception comment la définissez-vous ?
    Merci à vous.

    Oui, le temps est le temps de la vibration, l'énergie qui permet qu'une chose prenne sens à ma conscience. On peut aussi dire que le temps est l'essence rythmique sur laquelle ma conscience va former l'image, l'existant, ou ce que nous appelons le « réel ». Le « temps » est donc la structure, presque le « squelette », de « mon » conscient, « mon » inconscient, « mon » subconscient et « mon » supraconscient, j'ai mis tous les « mon » entre guillemets parce qu'il est moins sûr qu'ils m'appartiennent que le contraire. Je pourrais le ( le temps )  comparer aux annotations qui figurent sur une partition de musique et qui donnent à la composition toutes les conditions intérieures fidèles à celles des conditions ou intentions de l'auteur, mais cette comparaison révèle vite ses points faibles sous le feu de la réflexion profonde.
    Les processus mentaux sont, pour moi, un effet du phénomène de conscience engendrant la perception, et non une cause, ils sont les derniers rouages à s'activer avant la mise en forme et en image, donc de la traduction, des informations recueillies par le « truchement » de la conscience, vous voyez là une différenciation dans la manière d'utiliser le concept de la perception, la perception n'est pas (pour moi) le phénomène qui permet d'aller chercher l'information, elle est celui qui permet de recueillir l'information « apportée » par la conscience, cette information ne
    possède qu'un seul état, celui de l'énergie, mais le temps qui rythme cette énergie doit pouvoir être accordé par notre corps énergétique, ou plus exactement, par une de ses particularités, celle d'une fonction non-organique qui est prise en charge par ce que les anciens appelaient  « le point d'assemblage ».
    Le sujet est vaste et complexe, je n'en pose là qu'une étincelle de résumé, ratiociner à l'infini ne servirait à rien à défaut d'un minimum d'expérience.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Invité le Dim 4 Oct - 15:36

    Point par point, ce que je comprends.
    Nahual a écrit: Si l'art de rêver a un sens, le monde apparent est bien ce que mes sens me disent, un amas de formes dissimulant un spectacle grandiose auquel les êtres vivants sont invités d'assister et même de participer, à condition qu'ils y entrent avec leur « partie » qui est elle-même au-delà des formes, je veux parler du corps énergétique, le « corps de rêve ».

    Oui, il y a des états de conscience dans lesquels le monde "danse" sur une musique inaudible aux sens courants. Au niveau de la perception c'est vibration. Témoin, je le suis mais je ne connais pas y participer, sauf à être mue par...
    Par ailleurs il est évident que l'homme change son milieu de vie, qu'il le change dans la position actuelle en le détruisant et en menaçant ainsi sa propre survie. Je comprends donc que l'art de rêver que vous pratiquez est « agir » à un autre niveau.
    Lequel ?

    Nahual a écrit:Mais si l'art de rêver est un passage qui mène au-delà des formes, son « petit frère », le rêve ordinaire, éveillé ou endormi, bref, nos états de conscience ordinaires, est ce qui participe à la création de ces formes, ou autrement dit, ce qui n'est pas l'art de rêver et qui est assimilé à notre perception « naturelle » et commune, à notre « conscience », est le phénomène qui « recouvre » spontanément tout objet (assemblages énergétiques) de ses formes et apparences. Dans ce cas, il faut comprendre « l'art de rêver » comme un moyen de la conscience de déshabiller ce que la conscience ordinaire à revêtu.

    Un premier pas ? Voir que nos sens nous trompent, que l'objet n'est pas ce qu'il semble être, que « je ne suis pas » cette entité séparée. Non pas se le dire, mais le Voir.
    Il semble que j'en suis là, je ne vois pas la matrice telle que vous en parlez.

    Nahual a écrit:Les processus mentaux sont, pour moi, un effet du phénomène de conscience engendrant la perception, et non une cause, ils sont les derniers rouages à s'activer avant la mise en forme et en image, donc de la traduction, des informations recueillies par le « truchement » de la conscience, vous voyez là une différenciation dans la manière d'utiliser le concept de la perception, la perception n'est pas (pour moi) le phénomène qui permet d'aller chercher l'information, elle est celui qui permet de recueillir l'information « apportée » par la conscience, cette information ne
    possède qu'un seul état, celui de l'énergie, mais le temps qui rythme cette énergie doit pouvoir être accordé par notre corps énergétique, ou plus exactement, par une de ses particularités, celle d'une fonction non-organique qui est prise en charge par ce que les anciens appelaient  « le point d'assemblage ».

    Oui la perception est liée au niveau de conscience de la personne. Ce n'est pas l'information qui change d'état, c'est l'aptitude à la lire.


    Nahual a écrit:Une illusion est toujours un potentiel de calcul. La matrice est un « catalogue » géant où nous « tirons » toutes les formes utiles ou que nous croyons utiles. Nous empruntons à la matrice, parmi toutes les propositions qu'elle nous offre, celles pour lesquelles nous optons ou celles qui s'imposent à nous par défaut, avec la « conscience » dont nous disposons dans le moment. Nous sommes tous cette Alice au pays des merveilles, sauf que notre pays merveilleux est l'univers tout entier, l'univers des merveilles.

    L'art de rêver serait-il l'art de "choisir" parmi toutes les formes illusoires ?
    avatar
    Nahual

    Masculin Messages : 218
    Date d'inscription : 10/09/2015
    Localisation : Sud de France

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Nahual le Lun 5 Oct - 7:04

    Sora a écrit:
    Oui, il y a des états de conscience dans lesquels le monde "danse" sur une musique inaudible aux sens courants. Au niveau de la perception c'est vibration. Témoin, je le suis mais je ne connais pas y participer, sauf à être mue par...
    Par ailleurs il est évident que l'homme change son milieu de vie, qu'il le change dans la position actuelle en le détruisant et en menaçant ainsi sa propre survie. Je comprends donc que l'art de rêver que vous pratiquez est « agir » à un autre niveau.
    Lequel ?
    Le moyen est le même que pour ceux qui ne pratiquent pas l'art de rêver, le niveau, la profondeur, ou encore la précision de ce qui doit être fait est différent, parce que les informations sont différentes.
    Un funambule marche sur un fil tendu, au dessus d'un gouffre profond, pourquoi cela semble t-il si aisé pour lui et si impossible pour moi ?
    C'est seulement une question de niveau d'informations. Ce qui s'échange là, les interactions entre le funambule et sa corde, entre les différentes parties de son corps et sa corde, ou l'ensemble de son corps, esprit compris, et le vide, là où équilibre et déséquilibre sont des synonymes, loin des dictionnaires, qu'est-ce qu'il se passe pour ce rêveur et le monde au-dessus duquel il danse, qu'est-ce qu'il se passe qui ne peut se passer avec moi qui ne sais pas rêver sur une corde ?

    Je reviens pour la suite...
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Invité le Lun 5 Oct - 7:17

    Oui... Comme lorsqu'endormi, on rêve, que l'on sait que l'on est entrain de rêver et qu'il est alors possible de diriger le rêve.
    Ainsi donc les expériences nous les faisons mais nous ne les reconnaissons pas encore suffisamment.
    avatar
    Nahual

    Masculin Messages : 218
    Date d'inscription : 10/09/2015
    Localisation : Sud de France

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Nahual le Lun 5 Oct - 14:36

    Sora a écrit:

    L'art de rêver serait-il l'art de "choisir" parmi toutes les formes illusoires ?
    Cete compréhension me semble assez bonne, choisir la façon dont on peut être touché, c'est aussi choisir la façon de toucher.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Invité le Mar 6 Oct - 5:03

    Je me sens en accord avec "votre art de rêver". Vous parlez de choses que j'expérimente ou qui s'imposent, par exemple que le monde tel que nous le pensons n'est qu'un reflet.
    Nombreuses sont les voies qui se proposent, tant en méthodes, qu'en façons de penser ce que je nomme la relation qui nous fait au monde. Je n'en suis aucune, toutes ont ce défaut de tendre vers... une vérité (dieu, le grand soi, le divin, l'éveil,  etc.) qui même lorsqu'elle est dite inconnaissable, est définie. Comment marcher vers quelque chose qui ne le serait pas (défini) ?

    Mais travailler à comprendre un potentiel qui serait non au service de mon salut (illusion, non compréhension du vivant qui est "naître et mourir"), mais au service de l'espèce dans l'évolution que propose le vivant, c'est bien en cela que je me sens engagée.

    Je reprends ce passage
    Nahual a écrit:Si le monde n'était qu'une somme d'objets disparates, l'art de rêver n'aurait plus aucun sens, aucune utilité, il serait comme la pratique d'un art insolite et creux.  Si l'art de rêver a un sens, le monde apparent est bien ce que mes sens me disent, un amas de formes dissimulant un spectacle grandiose auquel les êtres vivants sont invités d'assister et même de participer, à condition qu'ils y entrent avec leur « partie » qui est elle-même au-delà des formes, je veux parler du corps énergétique, le « corps de rêve ».

    Mais si l'art de rêver est un passage qui mène au-delà des formes, son « petit frère », le rêve ordinaire, éveillé ou endormi, bref, nos états de conscience ordinaires, est ce qui participe à la création de ces formes, ou autrement dit, ce qui n'est pas l'art de rêver et qui est assimilé à notre perception « naturelle » et commune, à notre « conscience »,   est le phénomène qui « recouvre » spontanément tout objet (assemblages énergétiques) de ses formes et apparences. Dans ce cas, il faut comprendre « l'art de rêver » comme un moyen de la conscience de déshabiller ce que la conscience ordinaire a revêtu.

    Cela me parle de déconnexion, ou encore d'une méprise.  Le cerveau humain est programmé, vous en avez parlé par ailleurs, facile à vérifier cette redondance des émotions, de la façon de traiter les émotions, des actes qui en découlent, et finalement tenter l'échappée belle vers des paradis perdus.
    Nous ne pouvons pas agir directement sur ces programmes et c'est aussi bien ! Mais n'y a-t-il pas des éléments sur lesquels nous puissions agir, des éléments qui participent au maintient du cerveau dans des fonctionnements mécanistes et erronés ?
    Par exemple nous sommes tellement attachés à nos émotions, et face à cette production hormonale, il n'y a que la raison pour tenter de mettre de l'ordre. Mais la raison est si limitée, là où elle tente l'ordre ce n'est que désordre. On voulait se parler, et l'on ne se parle plus (c'est un exemple). Ou encore on est dans l'impossibilité de choisir "la façon dont on peut être touché".

    Qu'est-ce qui manque à ce couple émotion/raison ? Le voyez-vous ?
    avatar
    Nahual

    Masculin Messages : 218
    Date d'inscription : 10/09/2015
    Localisation : Sud de France

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Nahual le Mar 6 Oct - 13:37

    Sora a écrit:
    Nous ne pouvons pas agir directement sur ces programmes et c'est aussi bien ! Mais n'y a-t-il pas des éléments sur lesquels nous puissions agir, des éléments qui participent au maintient du cerveau dans des fonctionnements mécanistes et erronés ?
    Certainement, il y a des moyens, je vous citerai le premier en vous parlant de la régulation mentale, mais je ne suis pas sûr qu'elle réponde au problème que vous soulevez, parlez-vous bien des processus de la raison, de dysfonctionnements au coeur de ces processus ?

    Le mental de l'homme est si actif que l'inconscient traite lui-même la plus grande partie de notre perception, comme l'ensemble de nos  pensées, de nos sensations, de nos sentiments, etc. L'esprit s'est en quelque sorte isolé de ce trafic d'informations, l'esprit ( ici, le moi pensant) s'est spécialisé à des tâches plus "terre à terre".
    Je vois deux formes intéressantes en ce qui concerne le dysfonctionnement du raisonnement, la première touche à "l'arrangement" des données collectées, la seconde touche à la "mauvaise foi" consciente/inconsciente (et cela est  conditionné par des programmes comme vous le soulignez), c'est à dire la tricherie qui intervient sur la qualité ou la quantité des informations dont "on" dispose.
    Lorsque la raison n'a pas été "tenue au courant" des résultats d'un "calcul" (par l'inconscient), elle ignore l'information et la perception reste bloquée dans les couches de l'inconscient.
    Lorsque la raison est "tenue au courant", elle se l'attribue à elle en "propre" ou prétend que c'est de l'intuition, de la clairvoyance et plein d'autres choses.
    Soit "elle dit", « je suis formidable d'avoir compris cela ! », soit "elle dit" : « je n'y suis pour rien, c'est extraordinaire la perception subtile qui se fait par le fil de "MON" intuition ».
    S'appropriant définitivement le processus de perception et de calcul dont elle ne sait être génératrice.

    Au-delà de ma conscience personnelle et égotique, ça travaille, ça analyse, ça gère, ça invente, ça construit, ça dissèque, etc...
    Je m'arrête là parce que je ne suis pas sûr d'approcher ce que vous aviez en tête dans votre question. Smile

    Sora a écrit:
    Par exemple nous sommes tellement attachés à nos émotions, et face à cette production hormonale, il n'y a que la raison pour tenter de mettre de l'ordre. Mais la raison est si limitée, là où elle tente l'ordre ce n'est que désordre. On voulait se parler, et l'on ne se parle plus (c'est un exemple). Ou encore on est dans l'impossibilité de choisir "la façon dont on peut être touché".

    Qu'est-ce qui manque à ce couple émotion/raison ? Le voyez-vous ?

    Vous avez le sentiment que la dualité  raison/émotion n'est pas la seule "locataire du mental" ?
    Ou voulez-vous aborder la question des perturbations émotionnelles sur le raisonnement ?
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Invité le Mar 6 Oct - 16:11

    Je comprends votre souci de ce que j'ai dans la tête en vous posant ces questions. C'est toujours difficile, soit c'est chacun dans sa propre compréhension et alors c'est : oui je suis d'accord, non je ne le suis pas, soit on essaie de faire un pas de plus et là c'est l'inconnu.

    Vous me demandez si j'ai le sentiment que la dualité  raison/émotion n'est pas la seule "locataire du mental" ? Évidemment oui. Cela se manifeste aussitôt que l'on sort des sentiers battus, comme par exemple vous poser ces questions.

    S'il n'y avait que la dualité émotion/raison ! Cette dualité est très active, mais … vous parlez de l'inconscient. Nous sommes déjà sur la piste d'un autre niveau de dialogue. Ou encore d'un autre mode de fonctionnement en esprit où l'information traitée en dehors de notre conscience pourrait l'être plus largement par elle.
    Vous parlez d'inconscient, qu'est-ce que pour vous l'inconscient ? Pour Freud s'était la porte des enfers à ne surtout pas ouvrir, Jung disait que l'on doit, que l'on peut, entrer en dialogue avec l'inconscient.


    Nahual a écrit:Ou voulez-vous aborder la question des perturbations émotionnelles sur le raisonnement ?
    Eh bien voilà une réponse à ma première question (Mais n'y a-t-il pas des éléments sur lesquels nous puissions agir, des éléments qui participent au maintient du cerveau dans des fonctionnements mécanistes et erronés ?). Il me semble évident que de Voir les effets et les causes participent du travail. Mais Voir a un sens particulier (pour moi) ce n'est pas au niveau de la dualité émotion/raison, c'est au-delà de la justification et de la condamnation, quelque chose agit.
    avatar
    Nahual

    Masculin Messages : 218
    Date d'inscription : 10/09/2015
    Localisation : Sud de France

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Nahual le Mer 7 Oct - 6:29

    Sora a écrit:
     
    Vous parlez d'inconscient, qu'est-ce que pour vous l'inconscient ? Pour Freud s'était la porte des enfers à ne surtout pas ouvrir, Jung disait que l'on doit, que l'on peut, entrer en dialogue avec l'inconscient.
    Vous me demandez ce qu'est l'inconscient pour moi, ou autrement dit, ce qu'il est pour cet appareil à penser, et bien cet appareil à penser qui parle souvent derrière le pronom "je", et que "je" (un autre, une réplique produite par ce dit appareil) n'identifie pas totalement à ce que "je" suis, parce que "j'ai"  renoncé à la connaissance de ce que je suis, comme de ce que vous êtes d'ailleurs, et bien ce que "je" pense de l'inconscient d'une façon simplifiée, c'est que toute pensée devant laquelle il n'y a pas, il ne peut y avoir de "je", émane de l'inconscient, et bien-sûr, il n'est pas aisé pour ce "je" d'être "tenu" au courant de ces "pensées", la plupart se produisent sans qu'il ne s'en rende-compte, parfois, cela pose quelques soucis, un peu comme si nous étions sur le pond d'un navire, à profiter d'une croisière --- et cette croisière peut ressembler à un cauchemard---, à nous demander ce que sont ces bruits dans la cale. Et bien je crois personnellement, que ces bruits dans la cale viennent de l'équipage qui s'affaire à contrôler le navire et la mer.

    Là, je me parle à moi-même (je sais ça fait beaucoup de pronom Smile ) : Tu arrives au monde avec une grosse malle, dans cette malle il y a une mémoire déjà gigantesque, en effet des « souvenirs » qui remontent à l’aube du monde sont là, évidemment les « objets » les plus anciens sont au plus profond de la malle. Des objets, qui pour la plupart, ne seront jamais découverts ; tu ne sais même pas qu’ils sont là, en toi. Quoi qu’il en soit, le poids de cette malle pèse sur tes épaules, tu la portes en toi et tu vas continuer de la remplir, chaque jour de ta vie, de ta conception à ta mort. Tu vas t’en servir comme un débarras, les choses qui ne t’auront pas parues d’une utilité pratique et immédiate, tu les déposeras, ou plutôt, tu les laisseras glisser vers le fond, ton conscient les oubliera. Dans cette malle-là il y a des choses intimes, des choses qui vont intercéder continuellement avec ton moi fondamental et ta personnalité. Entre la réalité du moi et la forme consciente du moi, il y a une marge c’est-à-dire que le sujet pensant connait peu de choses sur la personnalité, combien de temps durerait ton discours sur ta personnalité si je te demandais de me parler de toi ? De combien de termes aurais-tu besoin pour faire le tour de la personne que tu penses être ? Souvent, on te demande de te définir en peu de mots, tu vas chercher des adjectifs, c’est pratique les adjectifs, tu diras si tu es patient ou non, si tu te fatigues vite ou si tu es endurant, etc… Ta personnalité est contenue dans un petit paquet de neurones, un schéma mental, le "je" ne connait pas autre chose de l’être que ce que le "moi" qui le produit lui laisse voir. Comme le je est une émanation du moi conscient et que ce dernier habite bien dans l’espace conscient, que peut-il bien connaître d’autre de l’être dans sa globalité ? C’est comme l’iceberg, nous savons que la partie visible est beaucoup plus petite que la partie immergée, il nous faut bien ne pas nier que le plus important, le plus intéressant, est à côté ou en dessous de la conscience. Mais l’inconscient a ses liens avec notre personnalité, c’est-à-dire que ce qui l’agite ou ce qui l’alimente, ce qui l’anime ou la freine, c’est bien davantage l’inconscient que le moi. Autrement dit, avec cette part inconsciente, ce que l’on pense connaître de la personnalité est entièrement investi ou possédé par des processus de mémoire et d’expérience qui dépassent les limites de notre propre histoire, tout en nous ne se joue pas à partir du petit carré de sable où nous pensions jouer, non, une somme considérable d’éléments qui appartiennent au monde "étrangerr à notre petit carré de sable le traversent de façon permanente en apportant leur faisceau d’influences. Le moi n’a d’existence officielle que par le je.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Invité le Mer 7 Oct - 7:23

    Il n'y a pas de véritable séparation, oui.
    Merci à vous.

    avatar
    loli83

    Messages : 1869
    Date d'inscription : 22/06/2015

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par loli83 le Mer 7 Oct - 10:42

    très beau discours de Nahual , mais comme d'habitude je trouve qu'il ne s'applique pas à tous

    j'ai déjà commenté sa conception dans un autre sujet

    bien sûr qu'il n'y a pas séparation , mais certains s'en rende plus ou moins compte

    il y a tous les degrés , la gamme de cette perception est infinie , pourquoi vouloir que tout le monde soit pareil ?
    même si on constate une majorité , je déplore que les cas particuliers ne soient pas pris en compte , c'est pourtant très enrichissant de s'intéresser aux cas particuliers , pourquoi le sont ils par exemple ?
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Invité le Mer 7 Oct - 11:26

    "pas de vraie séparation", c'est vrai, mais je parlerais plutôt d'interdépendance, parce qu'il y a quand même une "séparation" dûe à notre incarnation, qu'il est difficile de nier, et qui a son utilité. Wink


    (sorry de n'avoir pas encore lu les dernières interventions: pas eu beaucoup de temps, mais je me rattraperai!)
    avatar
    Nahual

    Masculin Messages : 218
    Date d'inscription : 10/09/2015
    Localisation : Sud de France

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Nahual le Mer 7 Oct - 14:27

    lola83 a écrit:il y a tous les degrés , la gamme de cette perception est infinie , pourquoi vouloir que tout le monde soit pareil ?
    même si on constate une majorité , je déplore que les cas particuliers ne soient pas pris en compte , c'est pourtant très enrichissant de s'intéresser aux cas particuliers , pourquoi le sont ils par exemple ?
    Je ne suis pas sûr de te saisir Lola, où ai-je dit que nous étions tous pareil, dans ma description du conscient et de l'inconscient, ou s'agit-il d'autre chose ?
    avatar
    Nahual

    Masculin Messages : 218
    Date d'inscription : 10/09/2015
    Localisation : Sud de France

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Nahual le Mer 7 Oct - 14:29

    Leela a écrit:"pas de vraie séparation", c'est vrai, mais je parlerais plutôt d'interdépendance, parce qu'il y a quand même une "séparation" dûe à notre incarnation, qu'il est difficile de nier, et qui a son utilité. Wink
    Je pense la même chose Leela.
    avatar
    loli83

    Messages : 1869
    Date d'inscription : 22/06/2015

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par loli83 le Mer 7 Oct - 17:36

    Nahual a écrit:
    lola83 a écrit:il y a tous les degrés , la gamme de cette perception est infinie , pourquoi vouloir que tout le monde soit pareil ?
    même si on constate une majorité , je déplore que les cas particuliers ne soient pas pris en compte , c'est pourtant très enrichissant de s'intéresser aux cas particuliers , pourquoi le sont ils par exemple ?
    Je ne suis pas sûr de te saisir Lola, où ai-je dit que nous étions tous pareil, dans ma description du conscient et de l'inconscient, ou s'agit-il d'autre chose ?

    tu ne le dis pas explicitement , mais quand on emploie le pronom "tu " dans un sens général ou le pronom "nous" cela englobe forcément tout le monde

    ce n'est pas comme si tu disais "la plupart" , "certains" , "la majorité" , etc ...

    par l'exemple tu dis :
    Entre la réalité du moi et la forme consciente du moi, il y a une marge c’est-à-dire que le sujet pensant connait peu de choses sur la personnalité, combien de temps durerait ton discours sur ta personnalité si je te demandais de me parler de toi ? De combien de termes aurais-tu besoin pour faire le tour de la personne que tu penses être ? Souvent, on te demande de te définir en peu de mots, tu vas chercher des adjectifs, c’est pratique les adjectifs, tu diras si tu es patient ou non, si tu te fatigues vite ou si tu es endurant, etc… Ta personnalité est contenue dans un petit paquet de neurones, un schéma mental, le "je" ne connait pas autre chose de l’être que ce que le "moi" qui le produit lui laisse voir.


    donc à te lire il semblerait que le contraire ne soit pas possible , je ne le fais pas parce que cela intéresse surement peu de monde , mais je pourrais parler de moi très longtemps , je pourrais même en faire des livres et pas que la relation de mes aventures , mais sur ma personnalité même qui est très complexe mais pas compliquée ( je fais toujours la différence entre complexe et compliqué )

    ai-je répondu à ta question ?
    avatar
    Nahual

    Masculin Messages : 218
    Date d'inscription : 10/09/2015
    Localisation : Sud de France

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Nahual le Mer 7 Oct - 17:40

    lola83 a écrit:
    donc à te lire il semblerait que le contraire ne soit pas possible , je ne le fais pas parce que cela intéresse surement peu de monde , mais je pourrais parler de moi très longtemps , je pourrais même en faire des livres et pas que la relation de mes aventures , mais sur ma personnalité même qui est très complexe mais pas compliquée ( je fais toujours la différence entre complexe et compliqué )

    ai-je répondu à ta question  ?
    Oui tu as répondu et je te remercie.
    Dans ce passage, comme je le précise au départ, je me parle à moi-même en me disant : Tu.
    Cela vient qu'en privé je me tutoie souvent.
    Smile Je déconne hein.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Invité le Mer 14 Oct - 4:40

    Nahual a écrit:Tout dépend de ce que vous entendez par Transmission, je donne une définition particulière à ce terme, par exemple pour le cas de la femme et du manteau de Jésus, je ne parlerais pas de transmission, je crois que celui qui emploie ce mot le fait parce qu'il pense qu'une espèce de "fluide" ou de pouvoir a été transmis, mais je n'emploie pas ce terme dans ce contexte. J'ai été proche de certains chamans, j'ai moi-même pratiqué dans ce cadre traditionnel ainsi que dans d'autres cadres, mais le terme demeure, pour moi, inapproprié.
    Le terme "transmettre" s'applique ( dans la culture qui est la mienne) seulement dans une situation précise, celle qui concerne l'acquisition de connaissances que l'on intègre pas par le mode "conscient". Par conséquent, un maître transmet effectivement lorsque vous n'êtes pas conscient dans le moment de ce qu'il vous transmet. C'est précisément cette fonction qui fait de lui un "maître" dans la culture où j'ai grandi. Le reste, ce qui se transmet par le "conscient" s'appelle l'éducation, le conditionnement, le dressage, ou encore par d'autres termes.

    Je reviens un moment ici, avec  vos mots sur la transmission. De conscient à conscient l'éducation, le conditionnement, etc. C'est un fait, toutes formes de manipulations de l'esprit.

    Il n'y a, vous le dîtes, transmission qu'au niveau de l'inconscient. Cela pose une question : celui qui transmet (maître, gourou, chamane …) ne le fait pas de manière inconsciente, alors quelle cuisine en lui entre sa conscience personnelle et l'inconscient (qui n'est jamais au sens strict du terme personnel) ? L'art de rêver bien sûr, mais si vous pouviez éclairer plus précisément cet aspect...

    avatar
    Nahual

    Masculin Messages : 218
    Date d'inscription : 10/09/2015
    Localisation : Sud de France

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Nahual le Mer 14 Oct - 12:05

    Sora a écrit:

    Je reviens un moment ici, avec  vos mots sur la transmission. De conscient à conscient l'éducation, le conditionnement, etc. C'est un fait, toutes formes de manipulations de l'esprit.

    Il n'y a, vous le dîtes, transmission qu'au niveau de l'inconscient. Cela pose une question : celui qui transmet (maître, gourou, chamane …) ne le fait pas de manière inconsciente, alors quelle cuisine en lui entre sa conscience personnelle et l'inconscient (qui n'est jamais au sens strict du terme personnel) ? L'art de rêver bien sûr, mais si vous pouviez éclairer plus précisément cet aspect...

    Pourquoi ne le ferait-il pas d'une manière consciente ?
    J'ai envie de dire : "il vaut mieux que ce soit conscient pour celui qui transmet".
    Bien que cela n'exclut pas également ce qui se transmet inconsciemment.
    Mais réfléchissons une minute, si le soi-disant maître ne transmettait pas de manière consciente "au travers" de l'inconscient d'un élève ( quelqu'un qui attend et sollicite le transmetteur), de quoi aurait-il la maîtrise ?
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Invité le Mer 14 Oct - 12:44

    Nahual a écrit:
    Pourquoi ne le ferait-il pas d'une manière consciente ?
    J'ai envie de dire : "il vaut mieux que ce soit conscient pour celui qui transmet".
    Bien que cela n'exclut pas également ce qui se transmet inconsciemment.

    C'est bien ce que je disais.
    Ce qui suppose en effet une certaine maîtrise du transmetteur.
    Ce qui le situe dans une aptitude à "communiquer" avec l'inconscient, vous disiez plus avant "lire dans la matrice". L'inconscient pouvant être ici compris comme ce qui par ailleurs est nommé la "conscience universelle".

    Pourquoi l'élève reçoit-il au niveau de l'inconscient ?
    Parce que c'est le niveau où chaque être vivant est connecté avec la conscience universelle, au-delà des peurs et des attentes. Cette connaissance silencieuse pénètre peu à peu la conscience de l'élève. (Ici conscience individuelle).

    Je vous posai la question de la cuisine interne entre le conscient et l'inconscient d'un être sur le chemin de l'éveil. Votre réponse est donc la maîtrise.

    avatar
    Nahual

    Masculin Messages : 218
    Date d'inscription : 10/09/2015
    Localisation : Sud de France

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Nahual le Jeu 15 Oct - 6:44

    Sora a écrit:

    Pourquoi l'élève reçoit-il au niveau de l'inconscient ?
    Parce que c'est le niveau où chaque être vivant est connecté avec la conscience universelle, au-delà des peurs et des attentes. Cette connaissance silencieuse pénètre peu à peu la conscience de l'élève. (Ici conscience individuelle).

    Je vous posai la question de la cuisine interne entre le conscient et l'inconscient d'un être sur le chemin de l'éveil. Votre réponse est donc la maîtrise.

    Parce que l'expérience appartient davantage et bien mieu à l'inconscient qu'au conscient.
    Parce que le conscient sait, l'inconscient connaît.

    Disons qu'à défaut d'une "certaine" maîtrise, il n'y a pas de maître.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Invité le Jeu 15 Oct - 6:53

    qu'est-ce que l'inconscient, pour vous ?

    Pour moi c'est ce qui conditionne nos réflexes et pulsions dûes aux conditionnements et traumatismes refoulés, et la psychothérapie consiste à se défaire de ceux d'entre eux quinous empêchent de vivre de façon harmonieuse.

    À vous lire, vous le comprenez comme notre partie non matérielle, qu'on pourrait appeler "esprit" ou "âme" et survit après la mort du corps ?
    avatar
    prometa

    Féminin Messages : 269
    Date d'inscription : 16/06/2015
    Localisation : Pyrénées orientales

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par prometa le Jeu 15 Oct - 10:19

    Pour moi, c'est plutôt comme le voit Sora, un global impersonnel : inconscient collectif, dont se distinguent, sans rupture, les inconscients personnels, d'où émergent nos conscients individuels, illusoirement séparés .
    avatar
    Hitori
    Admin

    Masculin Messages : 2459
    Date d'inscription : 14/06/2015

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Hitori le Jeu 15 Oct - 11:45


    Leela a écrit:qu'est-ce que l'inconscient, pour vous ?


    Voir ici


    _________________
    "On naît, on vit et on meurt seul."
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Invité le Jeu 15 Oct - 12:06

    ok j'avais cru comprendre autre chose, à vous lire. Quelque chose de plus vaste...
    On se rejoint donc.
    avatar
    Nahual

    Masculin Messages : 218
    Date d'inscription : 10/09/2015
    Localisation : Sud de France

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Nahual le Jeu 15 Oct - 13:00

    Leela a écrit:qu'est-ce que l'inconscient, pour vous ?

    Pour moi c'est ce qui conditionne nos réflexes et pulsions dûes aux conditionnements et traumatismes refoulés, et la psychothérapie consiste à se défaire de ceux d'entre eux quinous empêchent de vivre de façon harmonieuse.

    À vous lire, vous le comprenez comme notre partie non matérielle, qu'on pourrait appeler "esprit" ou "âme" et survit après la mort du corps ?
    Bonjour Leela, l'inconscient est ce qui n'est pas conscient, si vous pénétrez, par l'expérience, ce que l'on appelle le "conscient", alors vous pouvez pénétrer ce que l'on appelle "l'inconscient".
    L'inconscient n'est pas seulement de la mémoire, comme le suggère l'affiche du lien, bien qu'il procède  à partir de la mémoire, tout comme le conscient qui ne saurait agir sans mémoire, ces "mémoires" ne sont pas les mêmes.
    La mémoire du conscient commence à s'imprimer peu après la naissance, en principe seulement, car il est bien difficile de garder le "chemin" de ces souvenirs. La mémoire de l'inconscient n'a, en principe, aucune limite, Nous venons au monde avec une mémoire inconsciente telle, que durant toute notre vie, elle aura peu changé.
    L'inconscient n'est pas que de la mémoire, tout ce qui se pense en nous devant quoi nous ne pouvons nous placer comme sujet est le "penser" de l'inconscient. Tout ce qui se décide en nous, devant quoi "je" ne peut être sujet, est de la décision de l'inconscient. Tout ce qui se perçoit en nous devant quoi nous ne pouvons prétendre être le percepteur, est le "percevoir" de l'inconscient. De-même pour les réactions de toutes sortes.
    Non l'inconscient ne survit pas plus que le conscient lorsque le corps se "défait", mais il se transmet par la procréation, contrairement au conscient qui ni ne se transmet, ni ne survit.


    Dernière édition par Nahual le Jeu 15 Oct - 14:07, édité 1 fois
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Invité le Jeu 15 Oct - 13:47

    comme dit plus haut: on se rejont, en effet Wink
    Je voulais juste en être sûre...
    avatar
    geveil

    Masculin Messages : 1900
    Date d'inscription : 22/06/2015
    Localisation : L'univers

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par geveil le Jeu 15 Oct - 18:03

    D'accord, le conscient ne se survit pas avec la mort du corps, mais il peut se transmettre en partie par la parole ou l'écrit, il est alors vécu comme tel par ceux qui entendent ou lisent.


    _________________
    Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
    Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Invité le Ven 16 Oct - 4:44

    L'inconscient est un concept, comme tous les concepts il participe d'une représentation mentale. Nous créons ainsi un champ de possibles dans lequel nous pouvons agir.

    Quelle place ou quel rôle donnons-nous à l'inconscient afin que cette représentation soit cohérente ?
    Je le pense comme un interface entre la limitation de notre conscience et ce dans quoi baigne cette petite conscience (océan sans nom, ou encore avec tellement de noms).
    Une sorte de médiateur, peut être la possible création d'une nouvelle connexion... ???

    avatar
    Invité
    Invité

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Invité le Ven 16 Oct - 6:55

    Nahual
    je n'avais pas bien lu la fin de ton post
    Leela a écrit:comme dit plus haut: on se rejoint, en effet ...
    ...à propos de l'inconscience, mais pas du conscient (pour moi c'est sans doute ce qui survit au corps, en mieux, comme dans les NDE) mais on en parle ailleurs... Wink
    avatar
    Wakizashi

    Masculin Messages : 146
    Date d'inscription : 17/06/2015

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Wakizashi le Ven 16 Oct - 13:03

    Leela a écrit:qu'est-ce que l'inconscient, pour vous ?
    Personnellement, je l'appelle plutôt le « super conscient », parce que c'est la partie de notre conscience qui a conscience... de tout. En passant, j'ai adoré le schéma de Kenshin, il décrit à merveille les différentes strates des mémoires de l'inconscient. Mais l'inconscient, outre une immense « boîte de stockage » (que certains nommeraient la mémoire akashique), c'est aussi la conscience aiguë de ce qui se passe maintenant en nous et dans notre environnement.

    Comme nous le savons, le cerveau trie en permanence les informations qu'il reçoit des sens (et du corps). Finalement, l'image finale qui est restituée au conscient ne représente qu'une infime portion du total de départ, et fort heureusement, sinon nous deviendrions dingues, nous serions noyés par cet immense flux d'informations. Donc le reste, les 99.99% qui ne parviennent pas au conscient vont dans l'inconscient. C'est pour ça d'ailleurs qu'il existe des histoires d'enquêtes policières où des témoins ont vu des choses sans le savoir, des détails dont ils n'ont pas conscience (parce que leur attention était ailleurs, focalisée sur autre chose), et où les enquêteurs vont jusqu'à faire appel à des hypnotiseurs pour faire remonter ces souvenirs à la surface.

    Bref, l'inconscient est conscient de tout, et c'est là que c'est intéressant, parce qu'il ne fait pas que stocker l'information ; il y réagit. Nous avons en permanence tout un tas de réactions automatiques qui sont générées par l'inconscient. J'en avais un peu parlé sur la TR, la méditation Vipassana est en grande partie axée sur l'attention portée aux sensations subtiles du corps, parce que toute l'information (consciente et inconsciente) passe par des sensations physiques.

    L'intégralité de la surface du corps (et l'intérieur du corps aussi) est sujette en permanence à des sensations physiques : des picotements, des grattements, des pulsations, du chaud, du froid, de la douleur, de la douceur, des trains d'ondes, etc. etc. En général, nous n'avons conscience que d'une infime partie d'entre elles, nous n'avons accès qu'aux sensations les plus grossières. Mais l'inconscient a conscience de l'intégralité de ces sensations, et c'est à elles qu'il réagit. On ne s'en rend pas compte, mais si quelqu'un nous dit des choses désagréables, notre corps est instantanément parcouru par une onde de sensations désagréables. Et à contrario, si quelqu'un nous dit des choses agréables, notre corps est parcouru par une onde de sensations agréables. Et en conséquent, on se sent bien ou mal, mais sans vraiment comprendre d'où ça vient. Porter notre attention sur ces sensations est une véritable plongée dans l'inconscient, une plongée dans notre fonctionnement interne.

    Avec la pratique, on finit par ne plus observer notre corps que comme un vaste champ ondulatoire, comme une immense pulsation (le « flux libre »). On ne perçoit plus rien de solide, on ne perçoit plus que des ondes, ou autrement dit, de l'énergie, un entrelacs d'énergie. On perçoit les points de blocage, les nœuds, et on se rend compte que l'on peut agir dessus par une simple impulsion, une simple intention. Et au final, tout ça n'est basé que sur la simple observation de nos sensations. C'est magnifique de voir que la simple observation (avec un esprit très aiguisé quand-même) permet, au-delà de toute théorie intellectuelle, de constater que nous ne sommes pas constitués de matière solide... Very Happy
    avatar
    geveil

    Masculin Messages : 1900
    Date d'inscription : 22/06/2015
    Localisation : L'univers

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par geveil le Ven 16 Oct - 13:13

    Et ça marche, pour toi, le déblocage des nœuds? Es-tu tout amour dans un berceau de lumière?


    _________________
    Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
    Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
    avatar
    Wakizashi

    Masculin Messages : 146
    Date d'inscription : 17/06/2015

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Wakizashi le Ven 16 Oct - 13:19

    Ben oui Gégé, tu n'avais pas encore remarqué ? Very Happy

    Non, sérieusement, je suis loin d'être à ce niveau-là. J'ai déjà ressenti le flux libre par intermittence, that's all. Et c'est un piège d'ailleurs, parce que l'on a tendance à trouver ça tellement agréable, que l'on peut se mettre à méditer uniquement pour retrouver cette sensation. S'attacher à une sensation agréable (ou résister à une sensation désagréable), c'est contraire à l'équanimité, et l'équanimité est centrale dans cette pratique.
    avatar
    geveil

    Masculin Messages : 1900
    Date d'inscription : 22/06/2015
    Localisation : L'univers

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par geveil le Ven 16 Oct - 15:14

    Merci de cette réponse honnête et sincère, ça nous rapproche plus dans notre solitude ontologique que si tu m'avais dit " Oui, mon frère, je baigne en permanence dans la lumière et suis équinanime en permanence, à Nîmes en particulier".


    _________________
    Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
    Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Invité le Jeu 26 Nov - 9:35

    Nahual, j'ai cité vos mots dans un autre sujet, j'espère que vous ne m'en voudrez pas.

    Ici


    avatar
    Nahual

    Masculin Messages : 218
    Date d'inscription : 10/09/2015
    Localisation : Sud de France

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Nahual le Jeu 26 Nov - 13:18

    Sora a écrit:Nahual, j'ai cité vos mots dans un autre sujet, j'espère que vous ne m'en voudrez pas.

    Ici


    Citer n'est pas un crime chère Sora.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Invité le Jeu 26 Nov - 17:32

    Nahual a écrit:Quoi qu’il en soit, l’homme change son monde, et pour le moment cela le mène à la destruction… Parce qu’il le fait avec la "volonté", l’art de rêver ne peut pas être mu par la seule volonté.

    La situation générale ne cesse de s'aggraver, même si nous ne sommes pas en mesure de dire à quel point, c'est une grande fuite d'énergie,  je le perçois ainsi.
    Pratiquer l'art de rêver ou tout autre travail en conscience requière beaucoup d'énergie.

    La première chose dont nous devrions-nous nous préoccuper n'est-ce-pas cette fuite d'énergie ?

    avatar
    Nahual

    Masculin Messages : 218
    Date d'inscription : 10/09/2015
    Localisation : Sud de France

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Nahual le Ven 27 Nov - 16:23

    Sora a écrit:


    La situation générale ne cesse de s'aggraver, même si nous ne sommes pas en mesure de dire à quel point, c'est une grande fuite d'énergie,  je le perçois ainsi.
    Pratiquer l'art de rêver ou tout autre travail en conscience requière beaucoup d'énergie.

    La première chose dont nous devrions-nous nous préoccuper n'est-ce-pas cette fuite d'énergie ?
    Le "blouf", comme dirait Pierre Bordage, est en train de nous dévorer. De toute façons, avec énergie ou sans, le blouf finira par nous avaler, parce que nous ne le connaissons pas. Il dévore l'univers mais il est aussi à l'intérieur de nous, il ronge nos organes.

    Jésus disait :
    si ceux qui vous guident affirment :
    voici, le Royaume de Dieu est dans le ciel,
    alors les oiseaux en sont plus près que vous ;
    s’ils vous disent :
    voici, il est dans la mer,
    alors les poissons le connaissent déjà…
    Le Royaume : il est à l’intérieur de vous,
    et il est à l’extérieur de vous.
    Quand vous vous connaîtrez vous-mêmes,
    alors vous serez connus et vous connaîtrez
    que vous êtes les fils du Père, le vivant ;
    mais si vous ne vous connaissez pas vous-même,
    vous êtes dans le vain,
    et vous êtes vanité.

    Jésus disait :
    J’ai semé du Feu dans le monde
    et voici que je le préserve
    jusqu’à ce qu’il s’embrase.

    Je vous donnerai ce que l’œil n’a pas vu,
    ce que l’oreille n’a pas entendu,
    ce que la main n’a pas touché,
    ce qui n’est pas monté au cœur de l’homme.

    Evangile selon thomas.
     
    avatar
    geveil

    Masculin Messages : 1900
    Date d'inscription : 22/06/2015
    Localisation : L'univers

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par geveil le Ven 27 Nov - 17:33

    pour Nahual:
    Nahual, je t'ai envoyé un mp


    _________________
    Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
    Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
    avatar
    Nahual

    Masculin Messages : 218
    Date d'inscription : 10/09/2015
    Localisation : Sud de France

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Nahual le Ven 27 Nov - 17:54

    Je n'ai rien reçu Geveil.
    avatar
    loli83

    Messages : 1869
    Date d'inscription : 22/06/2015

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par loli83 le Ven 27 Nov - 20:33

    Nahual , c'est quoi ce " blouf " ? stp
    avatar
    Nahual

    Masculin Messages : 218
    Date d'inscription : 10/09/2015
    Localisation : Sud de France

    Re: De l'utopie à l'art de rêver

    Message par Nahual le Sam 28 Nov - 8:06

    lola83 a écrit:Nahual , c'est quoi ce " blouf " ? stp
    Comment vous dire chère lola, il y aurait tant de choses à dire....
    L'énergie du vide, voila ce qui me semble une belle approche.

      La date/heure actuelle est Lun 25 Sep - 0:56