DIALECTIQUE METAPHYSIQUE

Recherches Etudes et Applications


    Le bonheur

    Partagez
    avatar
    geveil

    Masculin Messages : 1900
    Date d'inscription : 22/06/2015
    Localisation : L'univers

    Le bonheur

    Message par geveil le Lun 14 Sep - 11:28

    Dieu sait que c'est un sujet éternel.
    En ce qui me concerne, le bonheur c'est de ressentir le monde accueillant et bienfaisant, le malheur, le contraire, de se sentir étranger au monde et de le ressentir comme hostile. Or je passe alternativement par ces phases. Me serait-il possible de rester en permanence dans la première?
    Je l'espère, mais je crains que ce ne soit pas de mon ressort, mais que soit du au fonctionnement du cerveau. Le LA? Je choisis librement d'être heureux et que se passe-t-il? Rien, nada.


    _________________
    Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
    Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le bonheur

    Message par Invité le Lun 14 Sep - 12:12

    Je choisis librement d'être heureux et que se passe-t-il? Rien, nada.
    Je ne pense pas qu'on puisse "choisir" n'importe quoi, puisque je pense que la possibilité de choix est très petite: un minuscule coup de gouvernail de temps en temps, mais qui peut changer la course du voilier.  On n'a pas de prise sur le vent, les courants, mais sur un petit gouvernail, oui.  
    Ce choix que tu cites est "trop gros": c'est un chemin, il faut changer beaucoup de choses dans sa mentalité, dans sa vie, savoir gérer les événements négatifs, et petit à petit, les moments de bonheur se multiplient, s'allongent...  On en découvre là où on passait à côté avant: le chant d'un oiseau, le sourire d'un passant...

    Bonheur s'écrit bon-heure, ce sont donc des moments et pas un état permanent.

    Et oui, l'état physique, "le cerveau" c'est le bateau: s'il est en mauvais état, on ne peut pas le diriger, c'est lui qui nous dirige.  Il faut d'abord le raccomoder Wink

    Donc décider d'être heureux, c'est décider d'entamer le chemin pour le devenir ... dans la mesure où les circonstances le permettent.
    avatar
    Nahual

    Masculin Messages : 218
    Date d'inscription : 10/09/2015
    Localisation : Sud de France

    Re: Le bonheur

    Message par Nahual le Lun 14 Sep - 14:19

    geveil a écrit:
    Je l'espère, mais je crains que ce ne soit pas de mon ressort, mais que soit du au fonctionnement du cerveau. Le LA?  Je choisis librement d'être heureux et que se passe-t-il? Rien, nada.
    Vous faites allusion à la chimie du cerveau, supposez-vous la bipolarité ?
    Parfois, en effet, il peut être difficile de contrôler ses états d'âme, parce qu'ils dépendent du réseau endocinien.

    avatar
    loli83

    Messages : 1869
    Date d'inscription : 22/06/2015

    Re: Le bonheur

    Message par loli83 le Lun 14 Sep - 16:43

    il faut aussi savoir bien s'entourer , aussi bien pour son lieu de vie , et pour les personnes et même les animaux dont on s'entoure
    avatar
    Hitori
    Admin

    Masculin Messages : 2459
    Date d'inscription : 14/06/2015

    Re: Le bonheur

    Message par Hitori le Lun 14 Sep - 19:34

    Lolal a écrit:il faut aussi savoir bien s'entourer , aussi bien pour son lieu de vie , et pour les personnes et même les animaux dont on s'entoure

    .....et le plus important savoir choisir le bon forum   cheers Very Happy


    _________________
    "On naît, on vit et on meurt seul."
    avatar
    tangolinos

    Messages : 802
    Date d'inscription : 30/06/2015

    Re: Le bonheur

    Message par tangolinos le Lun 14 Sep - 19:45

    geveil a écrit: Le LA?  Je choisis librement d'être heureux et que se passe-t-il? Rien, nada.
    C'est marrant, tu choisis le but, avant même de te préoccuper du chemin...
    Tu me fais penser à un consommateur culinaire, qui ne se soucie pas de la recette du plat qui l'extase...


    _________________
    On nait con, on vit comme un con, et comment va-ton mourir ?
    ----
    Ce qu'il y a de magique dans le partage, c'est que les deux parties s'imprègnent l'une de l'autre, sans même s'en rendre compte.
    avatar
    loli83

    Messages : 1869
    Date d'inscription : 22/06/2015

    Re: Le bonheur

    Message par loli83 le Lun 14 Sep - 21:09

    Hitori a écrit:
    Lolal a écrit:il faut aussi savoir bien s'entourer , aussi bien pour son lieu de vie , et pour les personnes et même les animaux dont on s'entoure

    .....et le plus important savoir choisir le bon forum   cheers Very Happy

    aussi ! Very Happy Wink
    avatar
    geveil

    Masculin Messages : 1900
    Date d'inscription : 22/06/2015
    Localisation : L'univers

    Re: Le bonheur

    Message par geveil le Mar 15 Sep - 13:28

    Nahual a écrit:
    Vous faites allusion à la chimie du cerveau, supposez-vous la bipolarité ?
    Parfois, en effet, il peut être difficile de contrôler ses états d'âme, parce qu'ils dépendent du réseau endocinien.
    Voui.


    _________________
    Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
    Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
    avatar
    Nahual

    Masculin Messages : 218
    Date d'inscription : 10/09/2015
    Localisation : Sud de France

    Re: Le bonheur

    Message par Nahual le Mar 15 Sep - 13:47

    geveil a écrit:
    Nahual a écrit:
    Vous faites allusion à la chimie du cerveau, supposez-vous la bipolarité ?
    Parfois, en effet, il peut être difficile de contrôler ses états d'âme, parce qu'ils dépendent du réseau endocinien.
    Voui.
    Je ne connais pas bien cette pathologie, je sais qu'il existe des traitements chimiques plus ou moins efficaces, je ne sais pas ce que donnent les thérapies du genre psychanalyse, je ne connais que les traitements du "discours intérieur", mais je ne les ai jamais essayées sur la bipolarité.
    avatar
    geveil

    Masculin Messages : 1900
    Date d'inscription : 22/06/2015
    Localisation : L'univers

    Re: Le bonheur

    Message par geveil le Mar 15 Sep - 13:58

    Mais est-ce une pathologie, ou tout simplement une oscillation?


    _________________
    Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
    Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
    avatar
    Nahual

    Masculin Messages : 218
    Date d'inscription : 10/09/2015
    Localisation : Sud de France

    Re: Le bonheur

    Message par Nahual le Mar 15 Sep - 14:03

    geveil a écrit:Mais est-ce une pathologie, ou tout simplement une oscillation?
    Le problème c'est que le terme équilibre ét déséquilibre sont synonymes dans mon dictionnaire personnel. il reste à définir que ce l'on entend par oscillation. Very Happy
    Dans mon dictionnaire personnel, une pathologie est ce qui est produit par un déséquilibre.
    En l'occurrence, la question de la bipolarité dans le cerveau me semble être le produt d'un déséquilibre, c'est pourquoi je l'ai considérée comme une pathologie, mais je veux bien admettre que non si l'on me démontre le contraire.
    avatar
    geveil

    Masculin Messages : 1900
    Date d'inscription : 22/06/2015
    Localisation : L'univers

    Re: Le bonheur

    Message par geveil le Mar 15 Sep - 16:54

    Je ne saurais rien démontrer, si ce n'est rappeler qu'on passe tous par des hauts et des bas.


    _________________
    Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
    Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le bonheur

    Message par Invité le Mar 15 Sep - 19:37

    tout est une question de mesure: un peu, c'est normal, et trop, c'est trop... Wink
    avatar
    geveil

    Masculin Messages : 1900
    Date d'inscription : 22/06/2015
    Localisation : L'univers

    Re: Le bonheur

    Message par geveil le Mar 15 Sep - 19:48

    Et à quoi reconnait on la frontière entre peu et trop?


    _________________
    Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
    Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le bonheur

    Message par Invité le Mar 15 Sep - 20:12


    Nous sommes tous différents.
    avatar
    tangolinos

    Messages : 802
    Date d'inscription : 30/06/2015

    Re: Le bonheur

    Message par tangolinos le Mar 15 Sep - 20:15

    @lion
    Et à quoi reconnait on la frontière entre peu et trop?
    C'est simple...quand tu sers du vin dans une verre...si ça déborde c'est trop !
    Tu peux alors engueuler le propriétaire du verre, en lui disant qu'il ne boit pas assez vite...Hihi


    _________________
    On nait con, on vit comme un con, et comment va-ton mourir ?
    ----
    Ce qu'il y a de magique dans le partage, c'est que les deux parties s'imprègnent l'une de l'autre, sans même s'en rendre compte.
    avatar
    Gaudius

    Masculin Messages : 82
    Date d'inscription : 15/09/2015
    Age : 54
    Localisation : Nord-Pas de Calais

    Re: Le bonheur

    Message par Gaudius le Mar 15 Sep - 23:30

    Savoir qu'on a été utile, qu'on a pu aider notre prochain, que grâce à notre petite contribution, il est mieux, ça n'est peut-être pas le bonheur, mais c'est un petit bonheur quand même, à ne pas négliger.


    _________________
    Ne me demandez pas votre chemin. Moi aussi je cherche.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le bonheur

    Message par Invité le Mer 16 Sep - 4:14

    Nahual a écrit:
    geveil a écrit:
    Nahual a écrit:
    Vous faites allusion à la chimie du cerveau, supposez-vous la bipolarité ?
    Parfois, en effet, il peut être difficile de contrôler ses états d'âme, parce qu'ils dépendent du réseau endocinien.
    Voui.
    Je ne connais pas bien cette pathologie, je sais qu'il existe des traitements chimiques plus ou moins efficaces, je ne sais pas ce que donnent les thérapies du genre psychanalyse, je ne connais que les traitements du "discours intérieur", mais je ne les ai jamais essayées sur la bipolarité.

    Pourriez-vous en dire plus sur ce que vous nommez le "discours intérieur" ?
    Il passe beaucoup de choses dans une tête, ce traitement dont vous parlez consisterait-il à mettre de l'ordre dans ce bavardage ? Mais alors qui met de l'ordre ?
    avatar
    Nahual

    Masculin Messages : 218
    Date d'inscription : 10/09/2015
    Localisation : Sud de France

    Re: Le bonheur

    Message par Nahual le Mer 16 Sep - 6:52

    Sora a écrit:
    Pourriez-vous en dire plus sur ce que vous nommez le "discours intérieur" ?
    Il passe beaucoup de choses dans une tête, ce traitement dont vous parlez consisterait-il à mettre de l'ordre dans ce bavardage ? Mais alors qui met de l'ordre ?
    Oui, dès que possible (manque de temps), merci.
    avatar
    Nahual

    Masculin Messages : 218
    Date d'inscription : 10/09/2015
    Localisation : Sud de France

    Re: Le bonheur

    Message par Nahual le Mer 16 Sep - 14:08

    Nahual a écrit:
    Sora a écrit:
    Pourriez-vous en dire plus sur ce que vous nommez le "discours intérieur" ?
    Il passe beaucoup de choses dans une tête, ce traitement dont vous parlez consisterait-il à mettre de l'ordre dans ce bavardage ? Mais alors qui met de l'ordre ?
    Oui, dès que possible (manque de temps), merci.

    L'inconscient est un discours disait un certain Lacan, nous pensons et nous nous identifions à notre pensée, c'est automatique. Mais lorsque nous disons : « je pense », qui (ou quoi) se cache t-il derrière ce « pronom/sujet » ? La plupart de nos pensées ont leur volition, elles aparaissent de l'on ne sait pas où, elles disparaissent de la même façon.

    Ce « je » ou ce « nous » épouse les formes de flôts de pensées qui surgissent sans participation ou ordonnance de notre « moi » conscient identitaire. En fait, nous ne pensons pas, « quelque chose » nous pense en notre chair, quelque chose nous fait et nous nous efforçons de coller à ce « quelque chose », le revendiquant et le défendant.

    Par erreur ou par habitude, nous considérons ces échanges comme notre produit, ce que nous nommons : le dialogue intérieur, la dualité de l'esprit. Mais il ne s'agit pas d'un dialogue, ni d'une dualité, parce que les voix qui s'expriment ne sont pas des émanations « d'entités mentales internes » représentatives, elles sont le résultat de programmes installés depuis notre naissance comme avant notre naissance et ces voix pèsent sur la balance chimique de notre cerveau, elles déterminent les cocktails émotionnels qui nous procurent autant de moments de plaisirs que de moments de déplaisir.

    Le sujet des « programmes mentaux » est un sujet très complexe ; qui peut parvenir à se représenter ce qu’est un programme, comment est-ce qu’il fonctionne ?
    À quel moment voit-on apparaître une pensée ? La voir comme un véhicule qui roule sur une route, il est loin, on ne sait pas d’où il vient, il apparaît dans le champ, puis au fur et à mesure qu’il se rapproche, il devient de plus en plus distinct. On ne saura d’où il vient que si on l’arrête et si on pose la question au chauffeur. Nous sommes dans l’observation de l’apparition d’une pensée, dans l’observation de son rapprochement et dans la clarification du lien entre cette pensée et les questions : « D’où vient et où va cette pensée ? Quel lien peut-elle avoir avec d’autres pensées, ou avec d’autres événements, souvenirs ? Etc.».

    Il est certain qu'au moment où l'on a envie de sourire, une pensée favorable à cette réaction est passée au-devant de l'écran mental, et il n'est pas courant qu'on ait eut le temps de la « voir ».

    Il est certain qu'au moment où une larme se forme au coin de l'oeil, une autre pensée, d'une nature différente de la première, est, elle aussi, passée sur « l'écran ». Aucune de nos réactions, aucun de nos états d'âme n'est isolé et indépendant de ces processus. Si nous passons trop rapidement d'un état d'âme à un autre, apparement opposé par sa nature, c'est parce que le cerveau lutte pour maintenir un équilibre chimiquo-électrique positif/négatif, mais cette lutte est conditionnée par la somme de nos expériences émotionnelles, ainsi, des routines de fonctionnement ( c'est ce que j'apelle des programmes) auront la priorité et influenceront le cerveau dans un sens « préférenciel », même si ce sens est dangereux pour la santé du sujet.
    avatar
    geveil

    Masculin Messages : 1900
    Date d'inscription : 22/06/2015
    Localisation : L'univers

    Re: Le bonheur

    Message par geveil le Mer 16 Sep - 14:21

    Quoique je ne sois pas familier de ton style, au demeurant excellent, je crois comprendre tes idées. Pour m'en assurer, dis-moi si tu es ou non d'accord avec ce que je disais à Hitori dans la discussion sur la conscience. Selon Hitori, la conscience est agissante, selon moi elle n'est que passive, comme les sensations, les perceptions, ( le rouge, le jaune, une note, une odeur) les sentiments. Tout cela arrive en bout d'une chaîne de transformations physico-chimiques dans le corps et le cerveau. (Voir mon texte " le mystère du jaune".


    _________________
    Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
    Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le bonheur

    Message par Invité le Mer 16 Sep - 14:26

    Serait-il possible Geveil de mettre le lien pour votre texte "Le mystère jaune" ?
    avatar
    Nahual

    Masculin Messages : 218
    Date d'inscription : 10/09/2015
    Localisation : Sud de France

    Re: Le bonheur

    Message par Nahual le Mer 16 Sep - 14:34

    geveil a écrit: Selon Hitori, la conscience est agissante, selon moi elle n'est que passive, comme les sensations, les perceptions, ( le rouge, le jaune, une note, une odeur) les sentiments.  Tout cela arrive en bout d'une chaîne de transformations physico-chimiques dans le corps et le cerveau.  (Voir mon texte " le mystère du jaune".

    Oui avec le lien ce sera plus facile, vous répondre sans avoir un aperçu de ce que vous appelez la "conscience" dans votre contexte m'est impossible.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le bonheur

    Message par Invité le Mer 16 Sep - 15:33

    le jaune est devenu bleu dans ce forum.

    http://diamehito.forumactif.org/t152-que-du-bleu
    avatar
    geveil

    Masculin Messages : 1900
    Date d'inscription : 22/06/2015
    Localisation : L'univers

    Re: Le bonheur

    Message par geveil le Mer 16 Sep - 17:24



    _________________
    Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
    Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
    avatar
    Nahual

    Masculin Messages : 218
    Date d'inscription : 10/09/2015
    Localisation : Sud de France

    Re: Le bonheur

    Message par Nahual le Mer 16 Sep - 17:47

    geveil a écrit:
    Le cerveau ne secrète pas la pensée, c'est le lieu ou l'Être peut sentir, aimer et penser, le lieu où il retrouve en partie son unité.
    En fait,  l'UN s'est divisé, et chacune de ses parties se combine à d'autres, formant un ensemble plus complexe QUI EST PLUS QUE LA SIMPLE SOMME des parties.
    De plus, dans cette nouvelle combinaison, les constituants ne disparaissent pas, ils gardent leurs caractéristiques, c'est ce qu'on appelle la mémoire.
    C'est au moment de la rencontre que quelque chose se passe qui est de l'ordre de la sensation. Elle est très intense lors de la liaison mais se maintient plus faiblement pendant son existence car la liaison est vibratoire ( Il est clair que cela est indémontrable, mais pas plus que l'hypothèse que vous êtes vivants ). Pour prendre une image, la terre tourne autour du soleil, elle lui est en quelque sorte attachée, mais cette attache n'est pas rigide, et la terre parcourt une ellipse, elle en est donc alternativement plus ou moins proche.

    A un certain degré de complexité, celui du cerveau, il y a en permanence du mouvement, des liaisons et des ruptures ayant toutes des répercussions dans l'ensemble du cerveau, du fait des liaisons synaptiques. C'est de ce mouvement que naît la conscience qui est en quelque sorte la sensation des sensations.
    Ceci dit, la conscience ne se définit pas, elle se vit, comme le jaune ou le do majeur ou l'odeur de l'ail.
    On peut tout au plus expliquer COMMENT ces phénomènes se produisent.

    Dois-je considérer que vous donnez là votre définition de la conscience ?
    Certainement pas puisque vous dites vous-même que la conscience ne se définit pas....

    Tout d'abord je dois vous féliciter pour ce développement d'idées.
    Si je vous dis que tout phénomène de "pensées" est le reflet de phénomène de conscience, mais qu'il ne faut pas confondre la "chose" avec son reflet, cela vous choquerait-il ?
    Comme toute définition apartient au monde de la pensée, vous avez raison, nous ne pouvons que définir le reflet de la conscience, mais je crois bien qu'il en est ainsi pour tout le reste également.
    Le sens de votre première question m'échappe ( et comme je le suppose, d'autres yeux nous lisent, autant que ce soit le plus clair possible) un peu à cette heure, voulez-vous bien préciser le point que vous me soumettiez plus tôt, je vous en remercie par avance.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le bonheur

    Message par Invité le Ven 18 Sep - 4:37

    Nahual a écrit:
    L'inconscient est un discours disait un certain Lacan, nous pensons et nous nous identifions à notre pensée, c'est automatique. Mais lorsque nous disons : « je pense », qui (ou quoi) se cache t-il derrière ce « pronom/sujet » ? La plupart de nos pensées ont leur volition, elles aparaissent de l'on ne sait pas où, elles disparaissent de la même façon.

    Ce « je » ou ce « nous » épouse les formes de flôts de pensées qui surgissent sans participation ou ordonnance de notre « moi » conscient identitaire. En fait, nous ne pensons pas, « quelque chose » nous pense en notre chair, quelque chose nous fait et nous nous efforçons de coller à ce « quelque chose », le revendiquant et le défendant.

    Par erreur ou par habitude, nous considérons ces échanges comme notre produit, ce que nous nommons : le dialogue intérieur, la dualité de l'esprit. Mais il ne s'agit pas d'un dialogue, ni d'une dualité, parce que les voix qui s'expriment ne sont pas des émanations « d'entités mentales internes » représentatives, elles sont le résultat de programmes installés depuis notre naissance comme avant notre naissance et ces voix pèsent sur la balance chimique de notre cerveau, elles déterminent les cocktails émotionnels qui nous procurent autant de moments de plaisirs que de moments de déplaisir.

    Le sujet des « programmes mentaux » est un sujet très complexe ; qui peut parvenir à se représenter ce qu’est un programme, comment est-ce qu’il fonctionne ?
    À quel moment voit-on apparaître une pensée ? La voir comme un véhicule qui roule sur une route, il est loin, on ne sait pas d’où il vient, il apparaît dans le champ, puis au fur et à mesure qu’il se rapproche, il devient de plus en plus distinct. On ne saura d’où il vient que si on l’arrête et si on pose la question au chauffeur. Nous sommes dans l’observation de l’apparition d’une pensée, dans l’observation de son rapprochement et dans la clarification du lien entre cette pensée et les questions : « D’où vient et où va cette pensée ? Quel lien peut-elle avoir avec d’autres pensées, ou avec d’autres événements, souvenirs ? Etc.».

    Il est certain qu'au moment où l'on a envie de sourire, une pensée favorable à cette réaction est passée au-devant de l'écran mental, et il n'est pas courant qu'on ait eut le temps de la « voir ».

    Il est certain qu'au moment où une larme se forme au coin de l'oeil, une autre pensée, d'une nature différente de la première, est, elle aussi, passée sur « l'écran ». Aucune de nos réactions, aucun de nos états d'âme n'est isolé et indépendant de ces processus. Si nous passons trop rapidement d'un état d'âme à un autre, apparement opposé par sa nature, c'est parce que le cerveau lutte pour maintenir un équilibre chimiquo-électrique positif/négatif, mais cette lutte est conditionnée par la somme de nos expériences émotionnelles, ainsi, des routines de fonctionnement ( c'est ce que j'apelle des programmes) auront la priorité et influenceront le cerveau dans un sens « préférenciel », même si ce sens est dangereux pour la santé du sujet.

    Merci Nahuel pour cette réponse "dense". Wink
    Je comprends que vous parlez de conditionnement, plus que le conditionnement culturel, le conditionnement biologique. Des programmes ? Pourquoi pas, cela pourrait expliquer pourquoi il est si difficile de changer d'habitudes.
    Comme vous parliez
    Des traitements du "discours intérieur"
    Pensez-vous qu'il est possible d'agir sur ces "programmes" ?
    avatar
    Kenshin
    Admin

    Masculin Messages : 198
    Date d'inscription : 14/06/2015

    Re: Le bonheur

    Message par Kenshin le Ven 18 Sep - 17:36

    Le fil a été divisé Ici
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le bonheur

    Message par Invité le Sam 19 Sep - 4:10

    Le bonheur ?
    Ma définition :
    Là où cela ne s'oppose plus à rien, un grand lâcher prise, un mouvement d'ouverture sans qu'aucun effort de ma volonté soit fait pour le maintenir, circulation des énergies... aussitôt que cela gamberge à nouveau, c'est fini. Alors : moi content/ moi pas content. Laughing

    avatar
    Hitori
    Admin

    Masculin Messages : 2459
    Date d'inscription : 14/06/2015

    Re: Le bonheur

    Message par Hitori le Sam 19 Sep - 7:18

    Oui Sora....on en revient toujours au mental, dès qu'on lui laisse la bride sur le cou, il fait son petit fou....et en vers SVP Very Happy


    _________________
    "On naît, on vit et on meurt seul."
    avatar
    prometa

    Féminin Messages : 269
    Date d'inscription : 16/06/2015
    Localisation : Pyrénées orientales

    Re: Le bonheur

    Message par prometa le Sam 19 Sep - 8:13

    Le phénomène de la "conscience" est la chaine de traitement, depuis un ressenti - physique ou mental- jusqu'à son impact mental sur le sujet . A partir de là, le bonheur ne peut être un phénomène conscient qu'après réflexion
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le bonheur

    Message par Invité le Sam 19 Sep - 8:19

    Hitori a écrit:Oui Sora....on en revient toujours au mental, dès qu'on lui laisse la bride sur le cou, il fait son petit fou....et en vers SVP Very Happy

    Wink Mais au moment de se dire qu'il ne faut pas laisser les coudées franches au mental, on y est déjà plus.
    Ma définition du bonheur ne dit pas que l'on est toujours dans cette disposition, aux moments d'ouverture succèdent des moments de fermeture. Rien de vivant ne peut rester dans un état stable et continu. Pour ma part, j'ai fini par accepter qu'il en soit ainsi, et appris à ne pas en nourrir des regrets qui condamnent à ne plus connaître l'ouverture.

    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le bonheur

    Message par Invité le Sam 19 Sep - 8:25

    prometa a écrit:Le phénomène de la "conscience" est la chaine de traitement, depuis un ressenti - physique ou mental- jusqu'à son impact mental sur le sujet . A partir de là, le bonheur ne peut être un phénomène conscient qu'après réflexion

    Pourtant, il y a une forme de "conscience" qui n'est pas au bout d'une réflexion. Peut être parlez-vous de prendre conscience de... après avoir peser le pour ou le contre ?

    avatar
    prometa

    Féminin Messages : 269
    Date d'inscription : 16/06/2015
    Localisation : Pyrénées orientales

    Re: Le bonheur

    Message par prometa le Sam 19 Sep - 8:33

    on prend conscience du bonheur qu'on"vit", quand on le met en examen: c'est pour ça qu'il est inscrit au passé, le plus souvent , non ?
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le bonheur

    Message par Invité le Sam 19 Sep - 8:39


    Je comprends et je suis d'accord avec vous, dès que quelque chose se sépare pour dire : ah comme je suis heureux, c'est au passé.
    Mais il a des états de conscience plus immédiats que ça... où rien ne se sépare, témoin de cet état d'ouverture, et témoin encore du moment de fermeture.



    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le bonheur

    Message par Invité le Sam 19 Sep - 8:45

    c'est aussi un apprentissage: se réjouir de ce qu'on a. Bien sûr ça peut être difficile, voire impossible dans certains cas (maladie, deuil...) mais dans la pluspart des cas, on a de bonnes raisons d'aimer la vie, ou de décider de s'en rendre compte, alors seul l'attitude psychologique est déterminante.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le bonheur

    Message par Invité le Sam 19 Sep - 8:47

    Aimer... la vie, c'est alors aussi aimer la mort...

    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le bonheur

    Message par Invité le Sam 19 Sep - 8:56

    bien sûr mais je pense qu'il est impossible de ressentir un bonheur complet quand on vient de perdre un être cher, ou qu'on souffre physiquement d'une maladie inguérissable.  Le bonheur est fugace, comme tu l'expliques bien toi-même, mais de nouveau, je distiguerais plusieurs sortes de bonheur

    - le bonheur soulagement.  Je vais prendre un bonheur très physique et très trivial, en espérant vous faire sourire.  Quand on a dû se retenir longtemps pour soulager un besoin naturel, le moment où on peut s'exécuter est un vrai bonheur...  Idem quand on arrête de souffrir, qu'on retrouve l'usage d'un membre immobilisé longtemps, qu'un aveugle retrouve la vue après une opération, quand on atteint un but... Ils sont tous provisoires

    - le bonheur de la pleine conscience du moment présent, en harmonie avec... (Nature, une autre personne, etc): c'est comme cela que j'ai compris celui que tu décris. On peut s'entraîner à le vivre plus souvent

    - la vision optimiste de la vie, qu'on peut assimiler à l'"action de grâce": remercier la Vie pour tout ce qui nous arrive de bien, déjà simplement se réveiller vivant, sans souffrance, entendre un oiseau chanter, etc... On peut fortement influencer sa vie pour le vivre plus souvent
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le bonheur

    Message par Invité le Sam 19 Sep - 9:06

    Leela a écrit:bien sûr mais je pense qu'il est impossible de ressentir un bonheur complet quand on vient de perdre un être cher, ou qu'on souffre physiquement d'une maladie inguérissable.  Le bonheur est fugace, comme tu l'expliques bien toi-même, mais de nouveau, je distiguerais plusieurs sortes de bonheur

    - le bonheur soulagement.  Je vais prendre un bonheur très physique et très trivial, en espérant vous faire sourire.  Quand on a dû se retenir longtemps pour soulager un besoin naturel, le moment où on peut s'exécuter est un vrai bonheur...  Idem quand on arrête de souffrir, qu'on retrouve l'usage d'un membre immobilisé longtemps, qu'un aveugle retrouve la vue après une opération, quand on atteint un but... Ils sont tous provisoires

    - le bonheur de la pleine conscience du moment présent, en harmonie avec... (Nature, une autre personne, etc): c'est comme cela que j'ai compris celui que tu décris.  On peut s'entraîner à le vivre plus souvent

    - la vision optimiste de la vie, qu'on peut assimiler à l'"action de grâce": remercier la Vie pour tout ce qui nous arrive de bien, déjà simplement se réveiller vivant, sans souffrance, entendre un oiseau chanter, etc...  On peut fortement influencer sa vie pour le vivre plus souvent

    Oui, on peut dire tout ça, et sûrement d'autres choses encore, ce qui revient à analyser des causes.


    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le bonheur

    Message par Invité le Sam 19 Sep - 9:14

    ce serait gentil de compléter ? Je ne prétends pas être exaustive... Wink




    (petit détail "techinque": il est inutile de mettre en citation le texte qui précède immédiatement)
    avatar
    geveil

    Masculin Messages : 1900
    Date d'inscription : 22/06/2015
    Localisation : L'univers

    Re: Le bonheur

    Message par geveil le Sam 19 Sep - 9:16

    tangolinos a écrit:
    geveil a écrit: Le LA?  Je choisis librement d'être heureux et que se passe-t-il? Rien, nada.
    C'est marrant, tu choisis le but, avant même de te préoccuper du chemin...
    Tu me fais penser à un consommateur culinaire, qui ne se soucie pas de la recette du plat qui l'extase...
    Mais être heureux, ce n'est pas un but, c'est se promener dans "un petit chemin qui sent la noisette"!
    Hitori a écrit:Il n'en faut pas beaucoup pour être heureux. Il suffit juste d'apprécier chaque petit moment et de le sacrer comme l'un des meilleurs moments de sa vie. «
    Il suffit de???? S'il suffisait d'avoir lu cette phrase pour que ça marche.
    En vérité, je vous le dis, c'est l'inverse, il faut être heureux pour apprécier chaque instant.


    Dernière édition par geveil le Sam 19 Sep - 9:26, édité 1 fois


    _________________
    Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
    Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le bonheur

    Message par Invité le Sam 19 Sep - 9:20

    Leela a écrit:ce serait gentil de compléter ?   Je ne prétends pas être exaustive... Wink




    (petit détail "techinque": il est inutile de mettre en citation le texte qui précède immédiatement)


    Geveil a écrit:Mais être heureux, ce n'est pas un but, c'est se promener dans "un petit chemin qui sent la noisette"!

    flower
    Belle journée à vous tous.

    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le bonheur

    Message par Invité le Sam 19 Sep - 9:43

    oui (voir message n°2) Wink


    En vérité, je vous le dis, c'est l'inverse, il faut être heureux pour apprécier chaque instant.
    je remplacerais "heureux" par "en bonne santé". Et en plus, il y a tout le reste qui a aussi déjà été dit.
    avatar
    geveil

    Masculin Messages : 1900
    Date d'inscription : 22/06/2015
    Localisation : L'univers

    Re: Le bonheur

    Message par geveil le Sam 19 Sep - 9:59

    Qu'est-ce qu'être en bonne santé, est-ce un état dans lequel le cerveau ne secrète que des endorphines et autres molécules "bienfaisantes"?
    Cette question relève de connaissances spécialisées, mais elle amène une question qui elle est philosophique, de l'ordre de la raison:  où se situe la frontière entre bonne et mauvaise santé.  Une molécule de moins, et on est en mauvaise santé, une de plus et on recouvre la santé ? C'est le sorite du tas: Le paradoxe sorite aussi connu comme le paradoxe du tas (sorite est un adjectif dérivé de sõros qui en grec ancien signifie « tas ») décrit un raisonnement qui conclut à l'impossibilité de constituer un tas (par ex. de sable) en accumulant un grain après l'autre. Ce paradoxe met en jeu un raisonnement par récurrence tout en exploitant dans ses prédicats, le flou sémantique qui entoure les mots du langage courant. Ce paradoxe fut formulé au IVe siècle av. J.-C. par Eubulide, qui fut dirigeant de l'École mégarique. La version symétrique du paradoxe conclut au fait qu'en éliminant un à un les grains d'un tas, on aboutit à un tas constitué d'un seul grain.


    _________________
    Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
    Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le bonheur

    Message par Invité le Sam 19 Sep - 10:08

    La définition que je préfère est celle de l'OMS (de mémoire): "un état de bien-être physique, mental et social qui ne consiste pas seulement en une absence de maladie".

    Bien sûr que la frontière reste vague: il ne pourrait pas en être autrement puisq'il y a des facteurs subjectifs.   Deux personnes dans la même situation avec la même santé auront une sensation de bien-être différente: l'un sera heureux avec ce qu'il a, l'autre attendra toujours "autre chose" et se sentira frustré en permanence.

    "Moins on a de désirs, plus on est libres".

    De plus, comme tu le soulignes très justement, nos pensées sont aussi déterminantes: il est établi que si on se visualise dans une situation et un endroit agréable, le cerveau produira les hormones du plaisir, si on s'imagine (avec les bruits, les odeurs, les émotions) dans une situation épouvantable, la réaction sera toute différente, on ressentira du stress et des tensions, on produira des toxines.  On peut donc influencer la "production" de sensation de bonheur, même si ce n'est que dans une certaine mesure.
    avatar
    geveil

    Masculin Messages : 1900
    Date d'inscription : 22/06/2015
    Localisation : L'univers

    Re: Le bonheur

    Message par geveil le Sam 19 Sep - 10:10

    Oui, mais nos pensées sont-elles déterminées par notre état de santé ou notre état de santé détermine-t-il nos pensées ?


    _________________
    Nul n'entre en métaphysique s'il ne s'étonne de vivre.
    Le réel est ce qui reste quand on a abandonné toute croyance.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le bonheur

    Message par Invité le Sam 19 Sep - 10:28

    On en a déjà parlé quelques fois, et puis je n'ai pas de réponse claire à donner, juste une impression personnelle.  A chacun de trouver la sienne.

    Ce serait donc bien d'avoir plusieurs avis.

    Je pense qu'il y a interférence réciproque, mais que la puissance de la pensée est beaucoup plus grande que ce qu'on croit dans notre société.  (voir méthode Coué, auto-hypnose, etc).

    Où est la limite ?  Pour moi, au fil des années, elle recule, au point que je me demande s'il y en a une (hormis les inévitables: vieillesse, etc).  De plus en plus, je pense que le corps est le révélateur de l'esprit et non pas l'inverse, mais il y a toujours cette limite.

    La trouver et la faire évoluer c'est justement un des axes principaux de la prise de conscience, du cheminement spirituel, de la prise en mains de sa vie. Donc chacun la détermine pour soi: on est tous différents.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le bonheur

    Message par Invité le Sam 19 Sep - 14:51

    Ce qui me paraît certain, ce n'est pas un "tout ou rien", comme le suggèrerait la question de Geveil, qui supposerait que l'un est 100% dépendant de l'autre.  

    Cela supposerait par exemple

    - que l'esprit est une émanation du cerveau (=thèse matérialiste) et dès lors, est entièrement déterminé par lui,

    - soit que l'esprit détermine à 100% la vie de chaque cellule du corps, ce qui est impossible puisque par exemple il n'a aucune prise sur des processus comme le vieillissement, la mort en cas de blessure au coeur, ou l'abattement si on souffre d'une grosse grippe, etc...

    Cela supposerait aussi que corps et esprit sont deux entités distinctes, ce qui me semble tout aussi impossible.  C'est pour cela que je n'aime pas le mot "esprit" ou "spirituel", qui ancre cette dualité, mais je n'ai pas d'autres mots pour les remplacer.  
    Peut-être "partie non matérielle de notre corps" ? C'est long...

    La réponse à cette question déterminera effectivement notre capacité à choisir d'emprunter le chemin du "bonheur" .
    Je cois plus à la sérénité qu'au bonheur, mais c'est un autre sujet ?
    Pour moi le bonheur est plus lié à notre vie matérielle: satisfaction, soulagement, et a un côté euphorique, tandis que la sérénité est beaucoup plus vaste, plus totale et plus durable, elle peut même sous-tendre* la souffrance physique (*rester en arrière plan, en tolle de fond, voire en support)  


    Dernière édition par Leela le Sam 19 Sep - 15:18, édité 1 fois
    avatar
    Hitori
    Admin

    Masculin Messages : 2459
    Date d'inscription : 14/06/2015

    Re: Le bonheur

    Message par Hitori le Sam 19 Sep - 15:13

    geveil a écrit:Il suffit de???? S'il suffisait d'avoir lu cette phrase pour que ça marche.
    En vérité, je vous le dis, c'est l'inverse, il faut être heureux pour apprécier chaque instant.
    Je ne pense pas geveil….. Souvent quand on est heureux, on ne s’en rend même pas compte, un peu comme le fait de respirer, qui nous semble naturel, alors que si nous venons à manquer d’air, on s’aperçoit, lorsqu’on peut de nouveau le faire normalement, comme c’est vital.

    Les gens qui sont passés par des moments difficiles, (demande à Leela, elle en sait quelque chose), s’ils ne sont pas complètement, totalement heureux, parce qu’ils ont des soucis quotidiens comme tout un chacun, savent malgré tout relativiser et apprécier les petits moments de bonheur, justement parce qu’ils ont traversés des moments difficiles.

    Qu'est-ce qu'être en bonne santé, est-ce un état dans lequel le cerveau ne secrète que des endorphines et autres molécules « bienfaisantes"?
    Etre en bonne santé c’est quand le corps est en état d’équilibre et qu’il parvient à garder cet équilibre interne malgré les fluctuations extérieures. On appelle cela l’homéostasie. Il suffit que quelque chose se dérègle et cet état d’équilibre est rompu, avec comme conséquence la maladie.

    Oui, mais nos pensées sont-elles déterminées par notre état de santé ou notre état de santé détermine-t-il nos pensées ?
    Les deux mon capitaine. Wink


    _________________
    "On naît, on vit et on meurt seul."
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Le bonheur

    Message par Invité le Sam 19 Sep - 15:22

    pendant que tu écrivais, j'ai ajouté un paragraphe sur la différence entre bonheur et sérénité, qui permettrait de nuancer le paragraphe où tu fais allusion à ma modeste personne. Wink
    Il mériterait quelques nuances, mais... je dois filer... et en plus ce n'est pas important.

      La date/heure actuelle est Lun 25 Sep - 0:55